Scroll To Top

Culture / Culture

L’artiste peintre Fayçal Barkat expose à la galerie Aïcha-Haddad

La “Lumière de Biskra” auréole la reine des Ziban

Des œuvres de l’artiste Fayçal Barkat.Louhal/Liberté

Le visiteur s’illusionne à l’instant même où il s’expose à la clarté d’un lever du jour qui illumine le hall de la galerie d’art Aïcha-Haddad. Non qu’il s’agit de luminaires ou de spots, mais de lumière ! Celle qui authentifie l’exact  reflet “d’entre les palmiers” luxuriant de l’Éden de Biskra. Notamment lorsque l’astre illumine la s’qifa (atrium) de “la porte bleue” qui s’ouvre sur le désert. À dire vrai, c’est de l’alliance scellée entre l’éclat de la reine des Ziban et le génie inné de l’artiste peintre Fayçal Barkat, qu’a été révélée la “lumière de Biskra”. À cette pensée, la thématique sied à merveille pour redorer le diadème de “l’arrous-ezzibane” et éveiller ainsi l’intérêt de l’autorité pour mettre d’antiques k’sour, dont “les vestiges de Boukhalfa” à l’abri des aléas du temps, a-t-on su de l’artiste peintre Fayçal Barkat.  Mais, peut-il y avoir un thème autre que celui de la lumière qui se réverbère à l’huile sur toile ? Selon toute vraisemblance, non ! Du fait que la lumière scintille des terrasses d’où l’on admire l’oued M’chounech ou Ighzer Amellal (oued Labiod) à Himsounine qui ruisselle au piedmont des Aurès. Attentif, l’artiste peintre Fayçal Barkat restitue au visiteur ce qu’était le Biskra de son enfance et où il jouait à l’entrée de la forêt de Boukhalfa. C’est dire que le tour de l’exposition de Fayçal Barkat se feuillette tel un album de photos, où germent ses souvenirs d’enfance, à savoir l’instant furtif d’un maraudage au pied d’un mûrier ou l’indélicat pêché gourmand perpétré au cœur de l’orangeraie près de l’oued El-Kantara. Ceci avoué, l’artiste Fayçal Barkat esquisse de ses pinceaux l’aquarelle de la “Sequia d’El-Baranis” pendant qu’il croque de son un clic de photographe, les vestiges de Chetma. Élevé à l’atelier de l’autodidactie, l'artiste peintre Fayçal Barkat a à cœur de lever le voile sur le bâti séculaire de Biskra qu’il lui tient à cœur de préserver. Talentueux, l’artiste-peintre Fayçal Barkat opère l’alchimie de l’impressionnisme qu’il enrichit à la photo et où se nuancent les tons mais aussi l'ombre et la part de lumière qu’il revendique pour sa Biskra natale. À ce sujet, l’artiste a fait siennes les techniques de l’angle et de la projection qui lui permettent d’être ce guide qui narre la beauté de nos villes du Sud. À noter que c’est sa première exposition dans le mode en solitaire. Pour rappel, l’artiste a tenté l’aventure picturale après avoir fait son baptême de couleurs sous l’oriflamme de l’expo “la Méditation” qui s’était tenue à l’automne de l’an 2018 à la galerie d’art Asselah Ahmed et Rabah. Alors, et pour avoir votre part de lumière, le mieux est de rendre visite à l’artiste peintre Fayçal Barkat qui vous attend jusqu’au 7 avril.


Louhal Nourreddine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER