Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Sur proposition du directeur de la nouvelle école des beaux-arts de Mostaganem

La nouvelle résidence des artistes sera officiellement baptisée “Dar Benkritly”

©D. R.

Annexe de l’École des beaux-arts d’Alger, ayant accédé à l’autonomie dans les années 2000, baptisée Mohammed-Khadda du nom d’un illustre peintre mostaganémois, l’ancienne École des beaux-arts de Mostaganem est fermée au public et inexploitée.
Mais cette situation est sur le point de changer, puisque, lors d’une visite de terrain du wali, M. Rabhi Abdenour, en compagnie du directeur local de la culture, jeudi dernier, la proposition de convertir l’ancienne École des beaux-arts en résidence des artistes a été acceptée par les plus hautes autorités dépendant du secteur culturel dont l’accord du ministère de la Culture. Ayant formé des générations d’artistes au fil des ans, l’école Mohammed)Khadda aura, dans les prochains mois, voire les prochaines semaines, une nouvelle mission à remplir au quartier colonial de la Pépinière, tout en restant dans le giron du monde artistique, ce qui était le souhait des hommes et femmes d’arts de Mostaganem. La nouvelle résidence sera baptisée officiellement Dar Benkritly, en hommage à son ancien propriétaire.
Cette ambitieuse proposition est à mettre à l’actif de Hachemi Ameur, actuel directeur de la nouvelle École des beaux-arts sise à la Salamandre, pour en faire un lieu de création et d’accueil des jeunes talents issus du terroir mostaganémois. Elle sera aussi un lieu d’accueil de tous les artistes nationaux sans distinction, dans le cadre d’échanges artistiques fructueux à l’échelle mondiale pour des festivals ou des expositions picturales. Les idées ne manquent pas pour offrir au secteur culturel local un maximum d’infrastructures adaptées à l’expression des peintres, graphistes, designers, photographes d’art, céramistes, miniaturistes… dans un milieu des plus épanouissants dans la ville des arts qu’est Mostaganem. En marge de la visite, Hachemi Ameur a déclaré à Liberté : “Félicitations à Mostaganem pour ce bel acquis ! Je tiens à remercier vivement mon ami l'artiste Saïd Debladji qui a donné tout son temps et son énergie pour sensibiliser nos artistes et amateurs.” Avant d’ajouter : “Monsieur le wali est entièrement d'accord que la résidence d'artistes prenne le nom de “Dar Benkritly” en hommage à celui qui l'a réalisée. Je remercie également tous les amis pour leur soutien et disponibilité sans oublier, bien sûr, le directeur de la culture au niveau de l'administration.”

M. Salah


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER