Scroll To Top
FLASH
  • Le président zimbabwéen Robert Mugabe a démissionné (président du Parlement)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

L’ouvrage a été écrit par le fils de l’Émir Abdelkader en 1908

La place du cheval dans la culture arabo-musulmane

©D. R.

Noukhbat iqdi al ajyad fi assafinat aldjiyad est un ouvrage de 424 pages, écrit par Mohamed Ibn Abd El Kader Al Jazaïri à l’aube du XXe siècle. Ce beau livre a été édité pour la première fois en Algérie en 2015, sous l’égide du ministère de la culture et de la maison d’édition Zaki-Bouzid.

Ecrit par le fils de l’Émir Abdelkader, Mohamed Ibn Abd el Kader Al jazaïri en 1908, Noukhbat iqdi al jiyad fi assafinat aldjiyad a été édité pour la première fois, en Algérie, en 2015, sous l’égide du ministère de la Culture et de la maison d’édition Zaki-Bouzid. Dédié à l’univers équestre, la fantasia et l’importance des chevaux dans les traditions algérienne et musulmane, ce beau-livre de 424 pages divisé en huit chapitres, se révèle être une mine d’or pour les amoureux du cheval, tant il aborde, entre autres, son mode de vie, ses différentes races et son dressage.
Dans sa préface “Un long voyage dans l’histoire avec ses ancêtres barbe et arabe”, présentée dans sa version originale en langue française, l’écrivain, sociologue et politicien algérien originaire de la ville de  Médéa, Mustapha Al Achraf,  rapporte que de tout temps, le cheval a fasciné l’homme.
Des civilisations les plus anciennes jusqu’à nos jours, à travers les “mythes” comme à travers “l’histoire”. Il dira d’ailleurs, que “ce sont les hommes qui ont magnifié, en la créant, cette image à nulle autre pareille parmi les chroniques de l’espèce animale”. Une image, poursuit-il, “de grâce, d’harmonie et d’ardeur indomptable” qui est devenue “le catalyseur de ce que ces mêmes humains avaient rêvé pour fixer leur goût de l’action libre et du mouvement, leur amour de la nature et de la beauté vivante”. Mais également “pour fixer leur besoin d’affection”. Le fils de l’Emir Abd El Kader décortique tout ce qui est en rapport avec le cheval, à commencer par l’amour que lui  portait le Prophète (QSSSL), qui veillait à son bien-être, son hygiène et son alimentation. Dans le chapitre suivant, il énumère les races principales, notamment le pur-sang arabe, que beaucoup de poètes et compagnons du Prophète célébreront, l’image d’El Bouhtouri, Abu Tammam ou encore Ibn Al Khatib Al Andaloussi. Les différentes couleurs de l’espèce, ses appellations et ses spécificités sont également répertoriées, du blond, au roux, en passant par le noir. En érudit accompli, l’auteur démontre dans cette encyclopédie hippique l’importance du cheval dans le monde maghrébin, en se basant sur des textes religieux, scientifiques et littéraires. Des textes  accompagnés par ailleurs de très belles photos de chevaux : sauvages, ceux de la Garde républicaine, dans des fantasias, ainsi que des tableaux de grands maîtres, comme Fromentin et Théodore Chasseriau.

Yasmine Azzouz

Noukhbat iqdi al adjyad fi assafinat al djiyad de Mohamed Ibn Abd el Kader Al jazaïri, Éditions Zaki-Bouzid, 424P, 2015


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER