Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Semaine culturelle d’Irdjen

La société, l’histoire et le sport à travers la photo en débat

La conférence du Dr. Belkacem Haouchine, intitulée “Les premiers photographes en kabylie au XIXe siècle”. ©D. R.

À travers la projection de “Pour la liberté” et de “La JSK : joyeuse saga des Canaris”, les organisateurs avaient pour objectif d’illustrer le rôle de l’image filmée dans la préservation de la mémoire de guerre et du sport.

Les débats autour du rôle de la photographie dans la préservation de l’art et de la mémoire se sont poursuivis, encore hier, pour la quatrième journée consécutive, au centre culturel du chef-lieu communal d’Irdjen qui abrite, depuis jeudi dernier, la 4e édition de “Irdjen fête la culture et l’histoire”, consacrée à la photographie.  Le cycle des conférences-débats prévues tout au long de cette manifestation a été entamé par le Dr Belkacem Haouchine, un collectionneur exceptionnel d’anciens objets traditionnels de Kabylie et aussi de photos, qui a animé, vendredi, une conférence intitulée “L’apport de la photographie à la culture kabyle”. Tout au long de sa conférence, l’orateur s’est attelé à démontrer, notamment, l’importance de la photo dans la préservation du patrimoine matériel et immatériel de Kabylie, et ce, à travers la transmission des images des objets traditionnels ou encore du vieux bâti.
À travers la projection de Pour la liberté, le premier film de la guerre d’indépendance réalisé dans la langue kabyle, en 1982, par le réalisateur Ahcene Osmani, puis du film : “La JSK : joyeuse saga des Canaris”, réalisé tout récemment par Abderrazak Larbi Chérif, les organisateurs avaient pour objectif, ont-ils expliqué, d’illustrer également le rôle de l’image filmée dans la préservation de la mémoire de guerre et du sport.
La projection, samedi, de ce film sur la JSK, a eu lieu en présence de l’actuel président de la JSK, Cherif Mellal et d’anciennes gloires du club kabyle, à l’instar de Mouloud Iboud, Ali Belahcene ou encore Mustapha Rafai.
Les activités se sont poursuivies encore, hier, avec une conférence intitulée “Regards croisés sur la mémoire de la guerre et la photo de l’époque coloniale”, animée par Ali Feraoun, le président de l’association Mouloud-Feraoun, et Si Ouali Ait Ahmed, ancien secrétaire du PC de wilaya.
Les activités de cette semaine culturelle devraient prendre fin aujourd’hui, lundi, après une visite guidée de la ville ex-Fort-National et une conférence sur la protection et la valorisation du patrimoine, intitulée “De Fort-National à Larbaâ Nath Irathen”, qui sera animée par l’architecte Linda Ouar.

Samir LESLOUS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER