Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

OUVERTURE DE LA 15e ÉDITION DU FESTIVAL DE LA CHANSON AMAZIGHE À BÉJAÏA

La technique musicale mise en avant

 La 15e édition du Festival de la chanson amazighe, qui a été lancée hier à Béjaïa, pour s’étaler jusqu’au 20 août, à la place du Palmier et au Théâtre régional (TRB), se distingue des précédentes par l’importance donnée à l’orchestre en général et à la technique musicale en particulier. Si par le passé, les membres du jury évaluaient la voix des candidats, pour cette année, le travail des musiciens sera pris en compte. “Dans les éditions précédentes, on évaluait la voix. Or, pour cette édition, on a œuvré pour que le jeu sur les instruments musicaux soit pris en compte, car on ne peut pas avoir une bonne interprétation si la voix n’est pas bien accompagnée. Donc on aura un regard sur l’autre côté, à savoir l’orchestre”, a expliqué Malek Bouchebah, commissaire du festival. Pour ce faire, “le travail a commencé pendant le mois de Ramadhan où chaque chanteur a choisi son orchestre et c’est de là qu’on a pris les musiciens les plus sollicités pour les appeler à participer. Dans chaque famille d’instruments, nous avons pris trois candidats. Le jury est composé de cinq membres (musiciens et professeurs de musique), spécialisés, chacun, dans un instrument. Ces derniers vont évaluer le côté technique des prestations”, a-t-il fait savoir. Et d’ajouter : “Le cachet du musicien lauréat sera évalué selon la dextérité et son jeu d’instrument, ce qui permettra une catégorisation en termes de cachet.” Aussi, le même responsable a ajouté que les prochaines éditions du festival seront consacrées à l’expression chaouie puis targuie. Par ailleurs, une autre particularité marquera cette édition, qui sera dédiée à plusieurs artistes de la wilaya de Béjaïa, selon les organisateurs. Aussi, durant ce festival, le public sera gratifié par plusieurs soirées musicales gratuites. Elles seront animées par une pléiade de chanteurs kabyles de renom, à l’instar de Boudjemaa Agraw, Akli-D, Ali Amrane, Massa Bouchafa, Talsa... Ainsi après Akli-D, Aziz Zaïdi et Mounia Aït Meddour qui ont animé, hier, une soirée en hommage à Kessai Loucif sur la place du palmier, c’est  Boudjemaa Agraw, Massa Bouchafa, Arezki Methia et Boubekeur Kharraz qui égayeront les mélomanes pour la soirée d’aujourd’hui en hommage à Rachid Bencheikh. Les soirées de vendredi et samedi seront, pour leur part dédiées au grand chanteur Tahar Khelfaoui, à feu Boualem Achour et à Mohamed Yargui.
À noter enfin que le festival sera clôturé dimanche par la pièce théâtrale Le cadavre encerclé.


H. Kabir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER