Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

La commission algérienne a sélectionné “Le Puits” de Lotfi Bouchouchi pour les OscarS 2017

Lakhdar-Hamina : “L’État doit accompagner la promotion du film aux USA”

Le réalisateur Mohammed Lakhdar-Hamina (à droite). © D.R.

Lors d’une conférence de presse, Mohammed Lakhdar-Hamina, président de cette commission, a fait appel aux autorités concernées afin d’aider ce réalisateur à trouver un distributeur aux USA pour que son film soit sélectionné dans la catégorie “Film étranger”.

La commission de sélection des films algériens pour les Oscars a voté à l’unanimité pour le film Le Puits de Lotfi Bouchouchi. À cet effet, le président de cette commission, le réalisateur Mohammed Lakhdar-Hamina, a donné une conférence de presse pour appeler les autorités concernées à financer la distribution du film aux États-Unis. Il a indiqué : “L’État doit mettre la main à la poche. Il faut qu’il accompagne Bouchouchi dans la promotion de son film aux USA. Il faut une somme allant de 300 000 à 400 000 dollars.” Et de renchérir : “Si le film n’est pas distribué, il ne sera pas sélectionné pour les Oscars.” Lors de cette rencontre animée dans la matinée d’hier à la cinémathèque d’Alger, le président du jury a clamé : “J’ai contacté le ministère de la Culture afin de lui rappeler ses responsabilités. Si je ne reçois pas de réponse, je vais écrire au Premier ministre et au président de la République.”
Dans son intervention, le réalisateur a précisé que “si les films sélectionnés pour les Oscars ne bénéficient pas de promotion aux USA, ils ne seront pas pris en considération par l’Académie américaine”. Et ce, en donnant pour exemple le film Zabana de Saïd Ould Khelifa, ou alors son dernier film Crépuscule des ombres. “Le plus important pour les Américains, c’est le business. Les films doivent être projetés dans différents États, notamment New York et Washington. Ils doivent également être visionnés par l’ONU”, a-t-il informé. Tout en ajoutant : “Les ambassades des autres pays achètent des espaces publicitaires pour la visibilité des films de leurs réalisateurs. Un film ne représente pas son producteur ou réalisateur, mais son pays !”
À noter que cette commission est composée de plusieurs réalisateurs et critiques de cinéma, elle propose chaque année des films pour les Oscars, et cette année, Lotfi Bouchichi l’emporte haut la main. Le président du jury précise avoir sélectionné ce film, car “il y a une grande sensibilité sur ce qu’a vécu l’Algérie. Il a traité le thème de la guerre différemment. Et il se distingue par la qualité du scénario, la musique et le jeu des acteurs”.
Concernant, les autres films retenus sur la liste, il a indiqué que “la commission avait seulement le choix entre les films de Bouchouchi et de Bouchareb”.
Outre l’appel au financement, Mohammed Lakhdar-Hamina a profité de l’occasion pour évoquer les problèmes de la production cinématographique en Algérie, et l’abandon de la “culture par l’État”.


Hana Menasria

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER