Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Exposition au Bastion 23

L'alambic, son histoire et ses usages

Depuis la première semaine de ce mois de juillet, l’effluve de lahbeq (basilic) a suppléé l’iode de mer que le ressac dépose d’habitude sur le s’tah de Qas’r Eriyas.
Et ça, depuis l’instant où le flambeau de la chefferie du siège de la capitainerie et pilotage d’“El-Djazaïr El-Mahroussa” a été confié à ces dames, les parfumeuses. Et ce qui a trait à l’élégance se voit sur les fortifications bastionnées, où l’qtara (alambic fleuri) de ces Lallahoum a remplacé la bombarde du bachtobgi (canonnier) et l’exhalaison de pétales a remplacé la poudre à canon.
Et depuis, cela sent bon la douce fragrance qui embaume l’air de l’ouast eddar et jusqu’ aux ghorfate (chambres) du foqani, où ces dames négocient avec dame nature le secret des fleurs qu’elles élaguent de leurs pétales pour en faire de l’eau de fleurs avec la méthode d’hydro-distillation. Mais pour y arriver, il y a si tant à faire. “D’abord, la cueillette des fleurs au fond d’un panier en osier doit s’opérer au petit matin du mois de juin, soit avant le chant du coq, et lorsqu’elles sont imbibées de la rosée”, a-t-on su de Ali Grid, le chef de département animation auprès du Centre des arts et de la culture du palais des Raïs.
Pour rappel, l’exposition de l’qtara est l’œuvre du Musée national public des arts et des traditions populaires de Médéa ainsi que l’apport de l'association culturelle et touristique et de l’artisanat Kounouz de la ville des Roses (Blida) et d’Essences d'Algérie auxquels s’est joint un groupe d'artisans. Alors, dans l’optique de distiller au mieux la khedioudja (géranium), l’ouast eddar du Bastion 23 abrite des ateliers et des conférences sur l’introduction à la distillation et l'aromathérapie qu’anime Atmane Kouider d’Essences d'Algérie : “Les pétales sont trempés dans une eau chauffée à 100°C jusqu’à ébullition de la mixtion qui se condense après qu’elle eut refroidi dans un récipient en serpentin. S’ensuit la purification, où l’on recueille une couche d’eau de rose avec à sa surface une couche de l’huile essentielle de rose.” Donc, autant aller au Bastion 23 pour goûter aussi à la nouveauté d’un chocolat à base d’essence florale et s’initier à elqettar ou l'alambic, qui dure ainsi jusqu’à la fin de la semaine.


Louhal Nourreddine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER