Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Dans le but de redynamiser le mouvement metal en Algérie

Lancement de la première édition de Metalgeria

Une journée portes-ouvertes dédiée au metal algérien aura lieu le 24 février prochain au Palais des raïs (Bastion 23, Alger), sur l’initiative d’un ensemble d’artistes, à leur tête Redouane Aouameur, du groupe Lelahell, et du collectif artistique et culturel Mayhem corp. “Lancé sous le slogan “Metal for all”, cet évènement indépendant, qui ambitionne de devenir trimestriel, a pour but de vulgariser ce style musical, en recréant la dynamique du mouvement Metal des années 1990 et début 2000”, peut-on lire sur la page Facebook des organisateurs. En plus d’essayer d’apporter un souffle nouveau à cette scène qui voit le nombre de ses groupes se réduire comme peau de chagrin depuis plusieurs années maintenant- à cause notamment des problèmes de financement et l’organisation des concerts- ce rendez-vous aura plusieurs visées. D’abord, il permettra au grand public selon les organisateurs, de côtoyer les passionnés du metal, de créer une rencontre conviviale entre les différentes générations de musiciens et de passionnés, et de renforcer la communauté des fans tout en vulgarisant ce genre musical. Quant au programme de la journée, qui s’étalera de 10h jusqu’à 16h, il s’annonce d’ores et déjà riche, avec entre autres, des rencontres-débats, concerts, ventes d’accessoires et d’instruments, projections de documentaires etc. Le débat, qui débutera à 12h, réunira trois générations de “métalleux”, incarnées par  Redouane Aouameur cité plus haut, et Ramzy Curse et Ilyes Chaïb, respectivement des groupes Jugulator et Hypnotica, qui prendront part à une rencontre “multigénérationnelle”, où seront discutés le passé, le présent et l’avenir du metal en Algérie.

Yasmine Azzouz


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER