Scroll To Top

Culture / Culture

Elle regroupe une trentaine de peintres, de sculpteurs, de photographes…

Lancement de “Lawhati” pour la vente d’œuvres d’art en ligne

Lancement officiel de “Lawhati”, avant-hier au Palais de la culture Moufdi-Zakaria. © D. R.

Cette plateforme a été créée dans “le cadre des directives émanant de la commission  ‘marché  de  l’art’ (…)  ayant pour but  la création  d’une dynamique  économique  et  artistique”.   Elle  regroupe  les  œuvres (sculptures, photographies, peintures, arts  graphiques, dessins…) de plusieurs artistes, tels Mohamed Oulhaci, Moussa Bourdine ou encore Zohra Hachid Sellal.

Une  nouvelle  plateforme  de  vente  d’œuvres  d’art  en  ligne, institutionnelle celle-ci, a été lancée avant-hier par le ministère de la Culture et des Arts en coordination avec l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), après celle de l’initiative privée “Elwani”, de Yasmine Brahami et Arezki Ingrachen. 

“Lahwati” (mon  tableau), est  un  site  internet créé  dans “le  cadre  des directives émanant de la commission ‘marché de l’art’ (…) ayant pour but la création d’une dynamique économique et artistique”.

Il regroupe les œuvres (sculptures, photographies, peintures, arts graphiques, dessins…) de plusieurs artistes, tels Mohamed Oulhaci, Moussa Bourdine, Mohamed Bakli, Zohra Hachid Sellal, Hachemi Ameur, Abdelhalim Kebieche et tant d’autres. L’achat s’effectue sur commande, et le paiement une fois l’œuvre livrée.

Selon Houssem Harzallah, chef du département communication et échanges culturels à l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel, le projet – pris entièrement en charge par l’AARC – “permet aux artistes professionnels de commercialiser leurs œuvres en Algérie”. Et d’ajouter : “Comme ils doivent être confirmés, on a collaboré avec le CNAL (Conseil national des arts et des lettres) qui nous a fourni une liste d’artistes confirmés ayant leurs cartes.

Les critères étaient que les concernés soient des professionnels, qu’ils aient déjà exposé au moins une fois avec un catalogue.” La liste a été soumise à une commission désignée par l’AARC afin de valider les œuvres. L’agence se réserve également le droit de choisir les œuvres mises en avant sur le site, a ajouté notre interlocuteur.

Pour la partie achat et vente, c’est l’artiste qui estime le prix de son travail. L’AARC prend pour sa part une commission sur la vente qui couvre l’assurance, la livraison (gratuite sur tout le territoire national) et la gestion de la plateforme. “Lawhati” pâtit tout de même d’une entrave actuellement, qui est celle de l’inexistence d’un e-commerce à proprement parler.

Il n’est en effet possible pour le moment que de payer par virement bancaire ou une fois l’œuvre réceptionnée. “Nous avons entamé toutes les démarches avec la banque pour intégrer le paiement électronique, mais comme ça prend du temps, nous avons opté pour ces deux modes. Mais le e-paiement se fera parce qu’on est obligé d’aller dans cette voie.”

Par ailleurs, les œuvres d’Issiakhem et de Khadda pourraient éventuellement être proposées à la vente sur le site, a fait savoir Harzallah : “L’AARC est en négociation avec leurs ayants droit. Ça n’a pas encore abouti, mais on espère avoir ces chefs-d’œuvre, car ça donnera une autre dimension à la plateforme.” 
 

Yasmine AZZOUZ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER