Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Nordine Mokkedes hôte de la galerie Mohammed-Racim

L’art du pixel pour séduire la lumière

L’artiste Nordine Mokkedes expose jusqu’au 30 avril. © Louhal/Liberté.

L’artiste peintre Nordine Mokkedes a défait son nid d’art (sacoche) à la galerie Mohammed-Racim, d’où a jailli la blancheur d’“Une vue de la Casbah” qui s’ajoute ainsi à l’éclat du burnous des cavaliers de la “Fantasia”. Ce qui a trait à l’art s’inventorie dans les feuillets de son carnet de croquis si fructueux de pixels, d’où il anatomise un “Portrait de femme” (1986) qui incarne l’éternel sourire de la “Mona Liza” ou La Joconde de l'artiste florentin (Italie) qu’il a reproduis en hommage à Léonard de Vinci (1452-1519).
Fan d’Étienne Dinet (1861-1929), notre interlocuteur réfute le terme de reprise et préfère plutôt le concept d’une réinterprétation d’une toile à l’aide d’une poignée de pixels qu’il ajoute à l’œuvre afin d’intensifier les couleurs de l’orientaliste et lithographe Nasreddine. À ses débuts au pied du chevalet, le fondateur de la coopérative Art-Création a axé son art sur les formes qu’il maçonne en d’infinis carreaux qu’il intègre tel le jeu du puzzle dans ses palettes au style de l’impressionnisme, a-t-on su de Norddine Mokkedes. D’où l’effusion d’une lumière qui inonde depuis le 7 avril tout l’espace de l’ancienne galerie de l’Unap. Du reste, l’exposition n’est qu’un reflet d’une tranche de vie, voire du vécu sur les rives de la Mekerra de Sidi Bel-Abbès d’où est originaire Norddine Mokkedes et où “Les porteuses d’eau” ainsi que “la fillette à la Jarre” approvisionnent “Les laveuses de laine”. C’est qu’il a plus d’un trait à ses pinceaux, qu’il importe au visiteur d’admirer, à l’exemple des toiles schématisées de fragments qui s’unissent ainsi dans le mystère de l’abstrait. Pour une première, c’en est une, du fait que le pixel est à la photo ce qui était dans le temps les modèles d’arabesques pixellisés qui se tressaient de l’aiguille de la brodeuse, à l’instar du jacquard de notre enfance qui se tricotait de côtés et de mailles à l’aide d’une paire d’aiguilles.
Ce qui ne fait aucun doute que le pixel était bel et bien en nous, puisqu’il est né en 1880, soit au moment de la sortie du premier écran. Et depuis, le pixel est dans l’“art” du temps puisqu’il s’invite dans nos foyers avec l’achat de l'ordinateur de la famille et des jeux vidéo. Alors, saisissant l’occasion au vol, l’ancien élève de l’École des beaux-arts d’Oran a eu l’idée de dépecer en petits carreaux l’image qu’il a extraite tout simplement du petit écran de basse résolution.
Pour rappel, le pixel est né de l’abréviation de deux mots : “pictures” et “elements” qui signifie “élément d’image”, d’où l’éclosion dans les années 1980 du courant dit “pixel artists” issu de l’école de pensée des “pixelleux”. Donc, autant aller à l’exposition de l’artiste peintre Nordine Mokkedes qui offre aux curieux de l’art et jusqu’au 30 avril “les pixels dans la peinture”.


Louhal Nourreddine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER