Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

“Juste pour le plaisir” du Hic

L’artiste qui sait immortaliser les dieux !

Le Hic signe aujourd’hui, à Alger, à la Librairie générale d’El-Biar, son ouvrage Juste pour le plaisir, édité chez Casbah Éditions. Le caricaturiste rend un bel hommage à plusieurs artistes d’ici et d’ailleurs, préfacé par Slim et commenté par Ahmed Mimoun. Il n’y a pas de plus beau lorsqu’un artiste parle de ses semblables. C’est comme lorsque Brassens parle de Brel, Ferré de Brassens, Ferrat d’Aragon en chantant Les Yeux d’Elsa… C’est que l’hommage passe souvent mieux en chanson ou en poésie. Juste pour le plaisir de Hichem Baba Ahmed, connu sous la signature le Hic, caricaturiste et bédéiste, est l’illustration parfaite de ce qui est un meilleur hommage à ceux qui ont marqué la vie de l’artiste, voire de bien de générations bercées par les chansons à texte de Georges Brassens, de Renaud, de Léo Ferré, de Jacques Brel, de Marcel Khalifé et de Charles Aznavour. Des indétrônables, à l’image de Mick Jagger, Bono, Bob Dylan, Demis Roussos, Elton John, Elvis Presley, Eric Clapton, Louis Amstrong, Michael Jackson, Mark Knopfler, Bob Marley, BB King… y sont également caricaturés et honorés par le Hic. C’est une galerie à caricatures parfaitement assaisonnée avec les meilleures des citations et évocations, soigneusement choisies et construites, loin des manchettes et des clichés rébarbatifs. Dans le dessein et l’illustration, le Hic vient de se hisser au plus haut de la pyramide et de faire une entrée pour le moins fascinante et prestigieuse. On y trouve également Djamel Allam, dont “la carrière de ce troubadour est partie d’un rêve”, Lounis Aït Menguellet, “chanteur, poète et philosophe en free lance”, Kader Japonais, dont “les supporters lui doivent beaucoup”, Césaria Evora, “une diva aux pieds nus” qui “était une grosse pointure du Morna”, El-Anka, “cardinal du châabi, algérien d’origine”, Matoub Lounès, un “Algérien jusqu’au bout… des cordes”, ou encore Amazigh Kateb, “ce mec qui décoiffe”. Il y a donc un peu de tous ces dieux et déesses qui nous ont marqués, et d’autres même, dans Juste pour le plaisir de Hichem Baba Ahmed. Avec son infatigable crayon, le Hic relate ainsi avec talent toutes les émotions qui sont les siennes et de tous ceux qui ont et qui valsent encore au rythme fou de BB King, d’Eric Clapton, de George Michael, de David Bowie, de Stevie Wonder et de tous les autres éternels qui ont fait de ce monde une nature heureuse. Le Hic a assez de talent pour bien parler des dieux. Salut l’artiste !


Ali Titouche


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER