Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Cheikh Ravil Gaïnoutdine, Fondateur du Festival International du Film musulman de Kazan

“Le cinéma est un moyen pour prêcher le dialogue et la paix”

© D.R.

Dans cet entretien, le président du Conseil national des muftis de la Fédération de Russie, et également fondateur du Festival international du film musulman de Kazan, revient sur les objectifs de ce festival, la communauté musulmane en Russie, et  également sur ses principales missions.

Liberté : Quelles sont vos principales missions en tant que président du Conseil des muftis de la Fédération de Russie ?
Cheikh Ravil Gaïnoutdine : On m'a assigné la noble mission d'assumer cette grande responsabilité, en tant que président la Direction spirituelle centrale des musulmans de Russie en 1994, puis en qualité de président du Conseil consultatif des muftis de la Fédération de Russie en 1996. Il s’agit là d’une lourde responsabilité devant le Tout-Puissant ainsi que la communauté musulmane russe. Après que l’État ait garantit la liberté religieuse en 1994, il était impératif de penser à l’édification d’'infrastructures nécessaires telles que la construction des mosquées et l’ouverture des établissements d'enseignement islamique. Notre mission consiste à accompagner la redynamisation des valeurs islamiques et le renouveau de la foi et du mode de vie, fondé sur l'approche islamique dans notre pays.

Quel est le nombre de musulmans et de mosquées en Russie ?
La Russie compte plus de 25 millions de musulmans répartis sur les différentes parties du pays de l'extrême ouest à l’extrême est. Cette communauté musulmane représente plus de 30 groupes ethniques indigènes en Russie. Avec l’aide de Dieu et sa grâce, nous avons pu, durant cette courte période de ma présidence, construire et réhabiliter environ 8 000 mosquées.

Quelles sont les caractéristiques de l’islam en Fédération de Russie ?
L'islam en Russie a une particularité découlant de la spécificité du pays lui-même. La Russie, est un pays très vaste qui compte 190 groupes ethniques. Les musulmans en font partie, et cohabitent en parfaite harmonie avec cette grande diversité de groupes ethniques et religieux. Ce qui distingue nos sociétés islamiques, c'est l'absence de conflits et de guerre. Nous entretenons des relations de bon voisinage et l'adhésion à la préservation des caractéristiques nationales et religieuses.

Justement, quelles relations les musulmans de Russie entretiennent-ils avec les autres communautés religieuses ?
Les musulmans de Russie sont des habitants indigènes. L'Islam est arrivé en Russie très tôt, cela remonte au temps des compagnons du Messager d'Allah (que la paix soit sur lui). Depuis plus de 1 000 ans, les musulmans cohabitent en parfaite harmonie avec les autres religions traditionnelles en Russie: le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme.
Historiquement, la Russie n'a connu aucun conflit ou guerre religieuse. Actuellement, un conservatoire de la liberté religieuse est créé et compte les représentants de toutes les religions traditionnelles qui ont une reconnaissance étendue de l’État, et jouissent de la liberté religieuse. Le Conservatoire examine et discute toutes les questions liées à la coopération, à l'interaction et aux échanges entre toutes les communautés religieuses russes, qui prennent toujours part aussi bien aux célébrations des rituels religieux qu’aux diverses manifestations que nous organisons. On s’échange les vœux et on œuvre tous pour assurer la stabilité et la prospérité de notre pays.

Vous êtes aussi le président du Festival du cinéma musulman de Kazan qui en est à sa 13e édition. Pourquoi ce projet évident et original qui peut susciter la curiosité sous d’autres cieux ?
L'idée d’organiser un festival de films a vu le jour dans le cadre des activités du Conseil consultatif des muftis. Elle a été transmise par la suite à M. Montemir Shaimayev, président de la République du Tatarstan, qui l’a accueillie favorablement.
Modestement, je suis considéré comme le fondateur du Festival de la République du Tatarstan. Depuis, le festival est devenu un événement artistique annuel. L'objectif essentiel du festival est de créer une image positive des musulmans, de populariser les traditions spirituelles, morales et culturelles de l'islam en Russie. Le cinéma nous sert de moyens pour prêcher le dialogue, le respect et la paix. Nous encourageons aussi les réalisateurs et les producteurs à faire des œuvres donnant l’image positive de l’islam condamnant la violence et le terrorisme.

Justement, l’édition de cette année est dédiée au dialogue entre les cultures. Pourquoi le choix de cette thématique ?
Il est indéniable que nous vivons dans un monde troublé et marqué malheureusement par la propagation des guerres, des conflits et des violences dans le monde. Dieu Tout-Puissant nous appelle à la connaissance et à la piété, en disant “Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. ». AL-ḤUJURĀT (LES APPARTEMENTS) 13.

Certains courants islamistes soutiennent que l’art est incompatible avec l’islam. Qu’en pensez-vous ?
La sensibilisation par la prédication et l'orientation ne doit pas se limiter aux mosquées. Au contraire, nous devons utiliser différents outils et moyens ainsi que les technologies modernes pour répandre les valeurs morales de l'islam dans le monde. L’islam a accordé une place importante à l’art, qui a fini par influencer beaucoup de civilisations, et ce depuis le Moyen Âge. D’ailleurs les inscriptions et gravures de la mosquée d'Ahmed Ibn Tulun du Caire ont été reproduites en Europe dans de nombreux monuments architecturaux. Aussi, Abu Yusuf Yaqub ibn Ishaq al-Kindi était le premier à établir des règles de musique dans le monde arabe et islamique. Il a même développé une échelle musicale de douze tons encore utilisée dans la musique arabe, et a reconnu l'effet thérapeutique de la musique depuis le neuvième siècle après J.-C.
Pourquoi devrions-nous abandonner les différentes formes de Dawa à l'islam et cesser de répandre ses nobles valeurs ? La cinématographie a un large public. Je crois que l’exclusion de ces outils pour répandre l’islam et ses valeurs spirituelles et morales découle d’une vision limitée et d’une interprétation restrictive.

La violence et les problèmes créés par les extrémistes à travers le monde ternissent l’image de l’islam. Cela laisse penser que l’islam est une religion de guerre. Qu’en pensez vous ?
Dieu Tout-Puissant dit dans le Saint Coran : “Quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la Terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes”, AL-MĀ-IDAH (LA TABLE SERVIE) 32.
L’islam sacralise la vie humaine et la préserve. En ce sens, tout acte de cruauté et de violence est répréhensible, odieux et un péché.
De nos jours, le monde souffre du terrorisme. Nous disons constamment dans nos prêches et sermons que l'islam est la religion de la paix, de l'harmonie, de la sécurité et de la coexistence pacifique. Rappelons-nous le traité de Médine concernant le respect mutuel des droits entre les différentes communautés religieuses. Ce traité demeure la première Constitution civile de l'histoire et était initialement destinée à réglementer les relations entre toutes les communautés et groupes appartenant aux différentes confessions à Médine. Aujourd'hui, les musulmans peuvent vivre dans n’importe quelle société, qu'ils soient une majorité ou une minorité, en adhérant aux lois et législations en vigueur, aux règles et différents accords et traités. En ce qui concerne les opinions des extrémistes et des terroristes, elles ne reflètent en aucun cas les principes de la vraie religion, et elles ne sont pas de l'islam.


T. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER