Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Présentation de “La nuit du conte Africain” à l’Opéra d’Alger

Le continent noir raconté par ses griots

Le griot Chyc Polhit © D.R.

Les 5 et 6 octobre derniers, la conteuse Sihem Kennouche, en collaboration avec l’Opéra d’Alger, a organisé cette manifestation, qui a vu la participation de six conteurs et griots du Congo, Gabon, Tunisie, Burkina-Faso…

L’Afrique à travers ses contes, ses légendes, et sa richesse patrimoniale a été racontée jeudi et vendredi derniers à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih. Une soirée pleine de surprises et d’émerveillement a été offerte au public nombreux venu assister à “La nuit du conte africain”, organisée par la conteuse Sihem Kennouche, en collaboration avec l’Opéra. Pour narrer des histoires fantastiques qui se sont déroulées dans des époques où l’homme vivait en harmonie avec l’animal, des ogres et d’autres personnages mythiques, Kennouche a fait appel à des conteurs et griots du Gabon, du Congo, du Maroc, du Burkina-Faso, d’Algérie, et de Tunisie.
Le voyage dans le temps commence par l’intervention du gawal Mahi Seddik, originaire de Sidi Bel-Abbès, qui a gratifié la salle par un vieux conte populaire d’une petite fille “Habra” (viande tendre), élevée par un lion. L’histoire se déroule au temps où les hommes cohabitaient avec les animaux. Dès le début, Mahi nous emporte dans son récit, et tient en haleine la salle — surtout les enfants — sur les mésaventures de ce lion ayant aimé cette fillette comme son propre enfant. Mais l’être humain est si complexe ; son ingratitude, égoïsme et méchanceté finissent par rompre cette amitié qui liaient les êtres vivants entre eux. Une jolie fable pour rappeler que l’humain depuis sa création ne propage que le mal autour de lui ! Suite à cette représentation, le gawal nous emmène de Sidi Abderrahmane vers de multiples destinations, notamment le Maroc, le Congo et le Burkina Faso. À travers ces escales, l’assistance fera connaissances avec des griots, ces “dépositaires de la tradition orale”, qui mêlent à leur narration du chant, de la musique et un jeu de scène excellent. Sortant de la tradition, les invités de cette “nuit du conte”, ont fait le show ! Kayro conteur et slameur du Congo, Chyc Polhit griot du Gabon, KPG conteur et poète du Burkina Faso, chacun a proposé durant une dizaine de minutes un spectacle mêlant chant, musique et de belles histoires faisant rappeler celles racontées par nos grands-mères. La particularité de ces trois showmen est le jeu d’interactivité avec le public, l’assistance composée d’adultes et enfants s’est prêtée au jeu dans la bonne humeur, et avec beaucoup d’intérêt. Ces histoires racontées puisées du terroir de leurs pays, parlent de monstres, d’animaux, de forêts enchantées… S’adaptant à leur époque, ces griots ont su intégrer avec finesse des moyens modernes à leurs contes. Utilisant entre autres l’ingrédient humoristique, ils ont offert un moment décapant au public. Le spectacle a été également gratifié par la présence des conteuses Halima Hamdane et Amel Boutabba (Maroc et Tunisie), qui d’une voix douce, et dans une méthode plus traditionnelle ont narré des contes puisés du patrimoine maghrébin. Cette “Nuit du conte africain” est une belle initiative entreprise par Sihem Kennouche, qui à travers cette manifestation a ouvert une brèche sur le continent noir.
Elle a également démontré que c’est un art à part entière destiné aux grands comme aux petits, où l’on peut découvrir la culture, les traditions des pays voisins grâce à ces fables millénaires transmises depuis plusieurs générations. En somme, ce spectacle a appris aux enfants, et rappelé aux adultes, que chacun doit voir le bon chez l’autre et ne pas se laisser guider par la cupidité, l’arrogance et l’égocentrisme.


H. M.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER