Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

L’Académie a décerné deux prix

Le Nobel de littérature 2018 à Olga Tokarczuk et 2019 à Peter Handke

© D.R.

Le prix Nobel de littérature a été décerné jeudi à la Polonaise Olga Tokarczuk pour l'édition 2018, reportée d'un an après un scandale d'agression sexuelle, et à l'Autrichien Peter Handke pour 2019. 15e femme seulement à recevoir le Graal des écrivains depuis sa création en 1901, Olga Tokarczuk est récompensée pour “une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie”, a déclaré le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise, Mats Malm, à Stockholm. 

Peter Handke est distingué pour une œuvre qui “forte d'ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l'expérience humaine”, a-t-il ajouté. Tous deux succèdent au palmarès Nobel au romancier britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, auteur des Vestiges du jour, consacré en 2017. Olga Tokarczuk, 57 ans, est considérée comme la plus douée des romanciers de sa génération en Pologne. Son œuvre, qui compte une douzaine d'opus traduits dans plus de 25 langues, va d'un conte philosophique, Les enfants verts (2016), à un roman policier écologiste engagé et métaphysique Sur les ossements des morts (2010), et à un roman historique de 900 pages Les livres de Jakob (2014). Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, l'écrivaine, la tête toujours couverte de dreadlocks, n'hésite pas à critiquer la politique de l'actuel gouvernement conservateur nationaliste de Droit et Justice (PiS). Peter Handke, 76 ans, qui a publié plus de 80 ouvrages, est un des auteurs de langue allemande les plus lus et les plus joués dans le monde. Il publie son premier roman, Les frelons, en 1966, avant d'accéder à la notoriété avec L'angoisse du gardien de but au moment du penalty, en 1970, puis Le malheur indifférent (1972), bouleversant requiem dédié à sa mère. L'écrivain autrichien Peter Handke, le 22 novembre 2012 à Salzbourg avait déclaré à propos du Nobel de littérature : “Il faudrait enfin le supprimer. C'est une fausse canonisation qui n'apporte rien au lecteur”. Toutefois selon l'académie qui l'a appelé jeudi, il s'est dit très heureux et a assuré qu'il viendrait chercher son prix en Suède. Les lauréats, s'ils l'acceptent, recevront leur prix --9 millions de couronnes (environ 830.000 euros), une médaille et un diplôme-- des mains du roi lors d'une fastueuse cérémonie le 10 décembre à Stockholm. La saison Nobel s'est ouverte lundi avec le prix de médecine, suivi par la physique et la chimie. Hier à Oslo, le comité Nobel norvégien a dévoilé le nom du lauréat du prix Nobel de la paix, Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien. Enfin lundi sera annoncé le dernier prix, celui de l'économie, créé en 1968 par la Banque de Suède à l'occasion de son tricentenaire.
 

AFP


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER