Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Culture

Le poète Hadj Khaled Belbey ressuscité

Plus d’une trentaine de poètes professionnels et amateurs issus de plusieurs wilayas du pays se sont donné rendez-vous mercredi et jeudi à Aïn Témouchent à l’occasion des journées régionales sur la poésie populaire qui se sont déroulées au niveau du complexe culturel.
Cette manifestation culturelle organisée par l’association ‘‘Joudour” ou “Racines’’ que préside M. Abdelkader Bensalah a été l’occasion de commémorer le centenaire de la mort de Hadj Khaled Belbey, illustre poète de la région qui a marqué de son empreinte la poésie populaire en son temps. Ces journées ont été clôturées jeudi dernier sur une série de recommandations dont la plus importante comme l’avait qualifié M. Mohamed Houhou secrétaire général de l’association Joudour fut celle relative à la baptisation du superbe complexe culturel de Aïn Témouchent du nom de Hadja Khaled Belbey, en hommage à cette grande personnalité de la poésie populaire.
Les participants recommandent au ministère de la Culture de rehausser cette manifestation régionale en un évènement annuel sous forme de festival de la poésie populaire qui prendra désormais le nom du poète Hadja Khaled Belbey.
Parmi les autres recommandations, figure celle de la promotion de la culture populaire afin de préserver la mémoire de la nation, sa personnalité, ses traditions et ses coutumes. Ainsi, pour parvenir à encourager ce genre d’initiatives, les participants appellent à la préservation de ce patrimoine culturel populaire en offrant des conditions matérielles à même de pouvoir imprimer toutes les interventions et les conférences présentées à cette occasion. Ce qui permettra à un grand nombre d’intellectuels de bénéficier de ce genre de rencontres d’un côté et d’un autre, les écrits pourrait représenter des documents référentiels de base pour les études futures afin de dépoussiérer une bonne partie de notre histoire culturelle. Encourager les universités en particulier et les chercheurs en général pour lancer des études qui pourraient dévoiler la corrélation organique  entre  la poésie populaire et la poésie éloquente, est l’autre recommandation retenue à l’issue de cette manifestation.
Enfin, nombreux sont les poètes qui ont réitéré leur demande au ministère de la Culture, celle de donner une plus grande importance aux poètes, une catégorie indissociable de la culture en général sachant que c’est bien la différence des dialectes qui constitue cette richesse inestimable de la poésie populaire comme l’avait si bien paraphrasé l’un des participants.

M. L