Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

11e ÉDITION DU FESTIVAL DU THÉÂTRE AMATEUR D’AMIZOUR

Le prix du festival n’a pas été décerné

La 11e édition du Festival du théâtre amateur d’Amizour, dédié cette année à Malek Boukhiar, s’est clôturée, dimanche passé, sans que le prix “Malek-Bouguermouh” ne soit décerné. La décision de ne pas attribuer la récompense a été prise par les membres du jury suite au constat fait sur les prestations des troupes qui se sont relayées sur les planches, jugées en deçà des attentes du public. D’ailleurs, contrairement aux éditions précédentes, la grande foule n’a pas été au rendez-vous cette fois-ci. Les neuf troupes ayant pris part à l’édition n’ayant pas convaincu grand monde, les comédiens ont été appelés à redoubler d’efforts pour les prochaines éditions. Lors de la cérémonie de clôture à laquelle ont assisté Omar Fetmouche et Djamel Benahmed, le directeur de la culture à Béjaïa, la pérennité du festival a été évoquée. Et c’est dans ce sens que le directeur de la culture de la wilaya a plaidé pour que le festival soit institutionnalisé afin de devenir un festival national officiel du théâtre amateur. Pour sa part l’ex-directeur du TRB, Omar Fetmouche, qui a décidé de parrainer la prochaine édition, a appelé, lors d’une conférence sur “les arts vivants”, les jeunes comédiens à se réapproprier le théâtre de rue qui, selon lui, est susceptible de mieux faire passer le message et d’attirer la grande foule. À noter que même si le prix du festival n’a pas été décerné lors de cette édition, ce n’était pas le cas des récompenses ayant trait au texte, à la musique, à la scénographie et à l’interprétation et à la mise en scène. Tiziri Benyoucef de la troupe Thimes d urar de Béjaïa s’est adjugé, ainsi, le prix de la meilleure interprétation féminine, et Ghanem Faiz de la troupe Essarab de Boumerdès celui de la meilleure interprétation masculine. Le prix de la meilleure musique originale est revenu à la troupe de Boudouaou (Boumerdès), et celui du meilleur texte à la troupe Lemri d’El-Kseur. Aussi, le prix de la meilleure scénographie a été attribué à la troupe “Thimes d’urar de Béjaïa, celui de la meilleure mise en scène à la troupe Rissala Lilmasrah de M’sila, et enfin le prix du jury à la troupe Awal limasrah” de Bouandas (Sétif).

H. Kabir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER