Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Rencontres cinématographiques de Hassi Messaoud

Le public à la découverte du 7e art

Après quatre jours intenses, riches en projections, conférences et ateliers de formation, les premières Rencontres cinématographiques de Hassi Messaoud, organisées par un groupe d’hommes d’affaires, en collaboration avec l’association Lumières, ont été clôturées mercredi dernier, à la salle du 5 juillet de la base GTP. Cette édition dédiée aux films arabes présélectionnés aux Oscars 2017, qui s’est tenue du 18 au 21 décembre, a vu la projection de dix films à Hassi Messaoud, notamment des avant-premières maghrébines, et cinq œuvres algériennes à Ouargla et Touggourt. Lors de la cérémonie de clôture, les organisateurs ont honoré des célébrités  de renom dans le monde arabe, qui ont marqué le public à travers le grand et le petit écran. D’ailleurs, un monde fou était présent dans la salle pour applaudir ces artistes, et pour assister également à cette manifestation considérée comme une première dans la région. Habitués seulement aux évènements inscrits dans le domaine pétrolier, les habitants de Hassi Messaoud ont eu l’occasion de découvrir de nombreux comédiens et réalisateurs de la scène nationale et internationale. Pour revenir aux hommages, ce sont les comédiens Tarek Abdelaziz (Égypte), Pamela Kik (Liban), et Anahid Fayyad (Jordanie), qui ont été honorés pour leur apport à l’univers cinématographique. Concernant le déroulement de ces rencontres, le coordinateur Hassen Benzerari a précisé “être content de la réussite de cette édition, qui a vu la participation d’un large public”. Il a entre autre remercié Maher Tliba (chef d’entreprise) initiateur de ce projet, pour avoir lancé cette manifestation qui rend hommage au 7e art arabe mais surtout d’avoir eu l’idée d’investir dans le secteur culturel. “Une initiative qui donnera j’espère l’exemple à d’autres opérateurs économiques”, a indiqué le coordinateur. Outre la clôture, cette dernière journée a été marquée par la remise de diplômes aux étudiants ayant suivi des stages de formation sur l’infographie, l’image et l’analyse filmique. Les élèves de cette première session sont d’âges différents et la plupart font partie d’associations de théâtre et de cinéma dans la wilaya de Ouargla. L’un des jeunes ayant bénéficié de cette formation nous a indiqué: “Je fais des études dans le domaine pétrolier. J’adore le 7e art et j’ai trouvé que c’était une bonne occasion pour moi de participer à cette session”. Il renchérit : “Dans notre ville, nous n’avons pas la possibilité de faire des études de cinéma et cette initiative représente une très bonne opportunité pour nous tous”. D’ailleurs, ce cinéphile s’est inscrit au cours sur l’analyse filmique du critique, universitaire et réalisateur Elias Boukhemoucha. Cette première édition des Rencontres cinématographique a suscité en quatre jours des moments de partage, de réflexions et de débats entre les artistes et le public de Hassi Messaoud, qui a découvert la magie du 7e art sur grand écran.

De notre envoyée spéciale à Hassi Messaoud :  Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER