Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Culture

Zayen, à propos de son projet de sensibilisation à l’environnement, à Liberté

“Le rôle de l’artiste est d’édifier l’esprit de l’humanité”

Le chanteur Zayen ©D. R.

Un grand concert aura lieu la soirée du 10 février à la salle de spectacle de la Région de Saint-Denis en Île de France, et un clip est en préparation pour sensibiliser les citoyens à l’importance de la préservation de l’environnement et à la nécessité de la participation de tous pour sauver notre planète qui est en danger. Sollicité par nos soins pour nous parler un peu plus de son actualité, Zayen a bien voulu nous répondre.

Liberté : Parlez-nous de ce projet de clip. Pourquoi cet intérêt pour l’environnement ?
Zayen :
Une trentaine d’artistes ont répondu favorablement à mon invitation pour participer à ce projet artistique autour de l’environnement. Il s’agit d’une nouvelle version de la chanson Da Musa, un des titres de mon dernier album Uccen d umeksa (le chacal et le berger). La chanson se veut comme une sonnette d’alarme sur la dégradation inquiétante de l’environnement d’une manière générale ; une situation déplorable qui, aujourd’hui, n’épargne pas la Kabylie. L’initiative a pour but d’impliquer les artistes qui feront en sorte, par leurs voix diverses, de faire un appel commun pour que la sensibilisation de tous les acteurs de la société civile soit à la hauteur de cet enjeu. Protéger l'environnement, c'est préserver l'avenir de l'homme. C’est aussi protéger l'humanité et permettre qu'elle survive. L'homme ne vit pas tout seul et isolé. Il vit dans un environnement dont il est totalement dépendant.

Qui participera à ce clip ?
La chanson est en plusieurs langues, à savoir le kabyle, l’arabe, le chaoui, le m’zab, le français et le russe. Des chanteurs, poètes et comédiens, dont certains de renommée internationale, ont participé à ce travail. Je citerai par exemple, et sans être exhaustif car ils sont plus nombreux, Karim Abranis, Ali Ideflawen, Massa Bouchafa, Hamidou, Hakim Salhi,  Faiza D'ziria, Cherif Hamani, Noria, Kamilia Nour, Azwaw Oussad, Mourad Khane, Slimane Belharet, Veronika Bulycheva, Nassima et d’autres artistes avec enfants qui sont partie prenante dans cette campagne de sensibilisation. Le clip sera disponible début avril 2018.

Justement, d’après vous, quel rôle doit jouer un artiste dans la société ?
Le rôle de l’artiste est d’édifier l’esprit de l’humanité. Grâce à ses œuvres, l’artiste transmet un message d’une réalité que nous vivons chaque jour. Il fait rêver les autres dans un monde en pleine décadence, comme il peut les porter vers des mondes nouveaux et différents.

Votre public vous reproche de vous produire rarement en Algérie, pourquoi ?
C’est juste une question de disponibilité et de planning. Durant deux années, j’étais en tournée internationale en Suède, au Danemark, en Allemagne, en Espagne, en Italie et dans beaucoup d’autres pays. Récemment, j’ai animé un spectacle à Alger à l’occasion de Yennayer 2968, un événement organisé par l’ONCI, et l’été dernier, j’ai également animé un spectacle au théâtre des Sablettes à Alger, organisé par Arts et Culture et aussi à Azazga et Azeffoun, avec la direction de la culture de Tizi Ouzou.

Comment se fait votre choix de chanson ?
C’est selon mon inspiration du moment, et l'inspiration m’apporte quelque chose de plus beau, de plus harmonieux, de plus saisissant. Elle me guide également lors de la réalisation concrète de l'œuvre. Cela me permet de faire mieux et d'aller plus loin.

Parlez-nous de vos prochains rendez-vous avec votre public ?
La soirée de samedi 10 février dès 19h, je serai  en concert à Saint-Denis. Le 10 mars, je serai  à Bobigny à l’occasion de la journée internationale de la femme. Ce sera à la salle Max Jacob, puis à Aubervilliers samedi 31 mars, dans le cadre du festival de la scène ensemble à la salle municipale, Espace Renaudie. Et le 7 avril, je serai encore à Saint-Denis.

Quels sont vos autres projets ?
Pour ce qui est de mes autres projets, je suis actuellement en studio pour préparer un nouvel album, comme je prépare aussi une tournée en France, qui débutera le 10 février 2018 en Seine-Saint-Denis. J’espère également me produire en Algérie, dans le plus de villes possible, mais je n’ai pas encore de programme fixé. Il est clair que je ne voudrais pas décevoir, ni défavoriser mon public algérien qui me suit de loin, et je ne demande pas mieux que de répondre à ses attentes…

De Paris : Samira Bendris-Oulebsir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER