Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Le recueil a été publié aux éditions Apic

L’écrivain Habib Tengour revient avec “Poèmes du monde”

Le poète Habib Tengour vient de signer un bel ouvrage aux éditions Apic, intitulé Poèmes du Monde, avons-nous appris de sources proches de l’écrivain. Il s’agit d’offrir au public algérien d’abord, à tous les publics ensuite, des recueils inédits de poètes confirmés dans leurs pays. Les textes des poètes francophones sont en français, ceux des autres langues sont repris dans leur langue d’origine et traduits. L’éditeur propose sept recueils par printemps.
La série 2018 comprend en premier lieu Divan amoureux de Michel Deguy, un des grands poètes français vivants. Il s’agit d’une anthologie singulière couvrant plus de cinquante ans d’écriture. Tresse d’ail de Marilyn Hacker, poète et traductrice américaine vivant depuis plusieurs années à Paris. “Recueil aux voix plurielles… suite de portraits et d’hommages rendus à des poètes” tels Kateb Yacine et Anna Akhmatova, mais aussi “aux hommes et femmes anonymes confrontés aux crises du monde contemporain, ici et ailleurs”. Tresse d’ail signale, au rythme des formes fixes revisitées, le pouvoir rédempteur de la poésie. Troisièmement vient La Solitude de l’or d’Issa Makhlouf, poète d’origine libanaise résidant à Paris. L’ouvrage selon son auteur “évoque la guerre, le voyage, les continents non explorés et la perte de ce que nous ne possédons guère”.
Ce livre évoque aussi la nature, “peut-être un arbre naîtra-t-il soudain pour donner forme au vide”. Marcher loin sous les nuages, signé Cécile Oumhani, poétesse franco-britano-tunisienne. “Passionnée d’écriture, héritière de la sensibilité de sa mère, l’artiste peintre écossaise Cécile Oumhani écrit l’empathie et la poésie dans une langue à la fois charnelle et épurée”, nous dit Regina Keil-Sagawe. Tortue de l’effacement de Abdallah Zrika, une des grandes voix de la poésie marocaine en langue arabe.
Une écriture comme “une sorte d’au-delà sur terre, une ouverture de l’être à l’incernable réel”, disait de lui Alain Jouffroy. La plupart de ses œuvres sont traduites en français par Abdellatif Laâbi et Bernard Noël. Stations d’Al-Hallaj de Pierre Joris, poète, traducteur et essayiste d’origine luxembourgeoise, vivant à New York et écrivant en anglais. Enfin, Chants et Hymnes de Ghassan Zaqtan, poète palestinien, auteur d’une dizaine de recueils de poésies, de pièces de théâtre et de scénarios.
Il vit à Ramallah où il travaille depuis 2004 au ministère de la Culture comme responsable du secteur littérature et édition ; il dirige par ailleurs les pages littéraires du quotidien Al-Ayyam. À noter que la parution du recueil est prévue pour septembre prochain.
Habib Tengour a eu une idée géniale en concevant cet ouvrage prodigieux qui se veut une continuité de sa carrière littéraire commencée tôt vers la fin des années 1970, en s’initiant à ce genre de collections comme l’Encyclopédie de la poésie algérienne de langue française, 1930-2008 (en deux tomes), publiée aux éditions Dalimen (Alger) en 2009 et composée de 956 pages.


M. Salah


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER