Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Sabah Ould Taleb expose à la galerie Mustapha-Kateb

L’effluve des floralies algéroises

Sabah Ould Taleb à la galerie d’art Mustapha-Kateb. © N.Louhal/Liberté

Le “land art” c’est l’école où s’inocule l’art floral et où il n’y a place que pour l’attirail d’un fagot de bois, d’une motte de terre, d’un fragment de roche, d’une poignée de sable et de l’eau qu’octroie le pouvoir de dame nature à l’artiste.

À noter que l’œuvre doyenne du land art a été ébauchée sous l’intitulé d’“earthworks” (terrassements) à la fin des sixties sur les sites dépeuplés qu’évoquent les séquences de film western dans la pierraille du désert de l'Ouest sauvage. 
Au demeurant, l’esthétique du “Wild world” du nouveau monde n’est rien, comparée à l’émerveillement de notre canyon du Ghoufi des Aurès de l’Algérie qu’exhale pour nous l’artiste peintre Sabah Ould Taleb à la galerie d’art Mustapha-Kateb de l’établissement Arts et culture. Si tant et d’agréables exhalaisons que l’artiste peintre Sabah fait ainsi florès de pétales du bonheur qui élargissent l’horizon et qui euphorisent l’esprit créatif qu’irrigue la rosée du matin. Alors, peu importe qu’elle ne s’intitule d’aucun thème, l’exposition de Sabah Ould Taleb reflète l’effluve de l’époque des floralies d’Alger où il faisait bon humer l’air floral. 
C’est ainsi qu’il est loisible au visiteur de humer la nuance de l’emblème de la déclaration qui brode les soyeux liens de la passion. 
C’est dire qu’il suffit de si peu. Sinon d’un bouquet de fleurs pour sonner l’hallali contre “les loups au pelage faussement rose”! Alors que tombent les masques qui dissimulent la cruauté, et place à la douceur du ressac qui emboîte le pas à la méditation du “pêcheur”. Autant d’inédits qu’elle puise surtout des timuchuha (contes) de son enfance ou de la vie tout simplement. 
Outre cela, l’art de Sabah Ould Taleb est densifié d’attrait où l’arôme de la flore escorte le pas de la grâce qui s’ajoute au coloris des toiles qu’elle crayonne. 
D’où la beauté de l’effigie de la flore qu’elle épaissit aussi à l’encre de Chine, a-t-on su de l’artiste, issue de l’école de l’autodidactie. Le chevalet de l’artiste peintre Sabah Ould Taleb s’éclaire à la tafat lueur de “la bougie” lorsqu’elle peint devant “une tasse de café froid.” Issue de l’Association des beaux-arts d’Alger (Ahmed-Ghermoul), l’artiste peintre Sabah Ould Taleb se fidélise à son genre et se refuse à toute influence. Mais d’où lui vient l’amour de la fleur ? 
De la cité Malki-Mohamed (ex-Allobroges) de Hydra ou de Ben Aknoun où il faisait bon flâner autrefois dans les allées fleuries du Paradou et du lieudit “Le retour de la chasse” d’El-Biar. 
Mais ça, c’était avant le béton rampant ! Donc, le mieux est de visiter l’expo de l’artiste peintre Sabah Ould Taleb qui vous attend jusqu’au 16 mai 2019 afin d’apprécier le dépeçage de nos jardins de banlieue.


Louhal Nourreddine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER