Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Escale littéraire du Sofitel Algiers Hamma Garden

Leïla Hammoutène remporte le grand prix

Le nom du lauréat du Prix de l’Escale littéraire d’Alger a été dévoilé jeudi, au Sofitel d’Alger. Leïla Hammoutène, avec son roman Le châle de Zeineb (éditions Casbah), a remporté les suffrages du jury. Emue d’avoir reçu cette distinction, la romancière a remercié le jury “pour avoir donné la chance au livre d’être lu”. Le châle de Zeineb est une œuvre qui commence en 1840 et se poursuit jusqu’à 2012. Dans son livre, l’auteure évoque le combat et la situation de la femme algérienne durant le colonialisme français jusqu’à nos jours. “Au cinquantenaire de l’indépendance, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas réellement l’histoire de mon pays. J’ai commencé à me poser des questions, il y a eu tellement de pourquoi dans ma tête alors je me suis mise à chercher des réponses”, a-t-elle fait savoir. Et d’ajouter : “J’ai trouvé qu’une aïeule avait vécu durant l’occupation coloniale, alors j’ai eu l’idée d’écrire ce livre sur ces femmes qui ont vécu les atrocités du colonialisme à travers Zeineb.” Leïla Hammoutène n’est pas à son premier roman. Elle a déjà publié Sang et jasmin, des recueils de nouvelles et des livres pour enfants.
Quant au deuxième prix, le coup de cœur, il a été attribué à Youcef Tounsi pour Face au silence des eaux (éditions Apic). “C’est un roman exutoire, c’est un cri qui vient de l’intérieur. Quand on y entre nous avons du mal à en sortir. C’est aussi un livre qui aborde le thème de l’exil”, a souligné son éditeur Karim Chikh.
Le  Prix de l’Escale littéraire d’Alger  est à sa troisième édition consécutive, organisée par le Sofitel Algiers Garden Hamma en collaboration avec Akli Tadjer et Denis Labayle (coprésidents du jury) et les maisons d’éditions Barzakh, Apic , Alpha,  Anep, Enag, Casbah et Dar El-Othmania. Quant au jury de cette année, il est composé de Nadia Sebkhi, directrice de la publication de LivrEscQ,  de Abrous Outoudert, directeur de la publication de Liberté, Youcef Sayeh, journaliste, Mélanie Matarèse, rédactrice en chef d’El Watan week-end, Peggy Derder, écrivaine et historienne, et Mohamed Berkani, journaliste. Pour rappel, le lauréat de la 1re édition était Habib Ayoub pour Le remonteur d’horloge aux éditions Barzakh et Sarah Haidar pour Virgules en trombe (éditions Apic). Quant à la deuxième édition, les lauréats étaient Kamel Daoud pour Meursault, contre-enquête (éditions Barzakh) et Mohamed Magani pour Rue des perplexes (éditions Chihab). Le Prix de l’Escale littéraire représente un chèque de 300 000 DA et la participation au salon Maghreb des livres à Paris, organisé par l’association Coup de soleil.

H. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER