Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Abdelkader Bendamèche l’a affirmé jeudi à Bouira

“Les artistes seront mieux protégés”

Abdelkader Bendamèche, président du Conseil national des arts et des lettres (CNAL). © D.R.

Selon le conférencier, un décret exécutif relatif à la relation de travail entre les artistes et leurs employeurs est en cours de préparation et devrait être promulgué avant la fin de l’année en cours ou, tout au plus, au début de l’année 2018.

Abdelkader Bendamèche, président du Conseil national des arts et des lettres (Cnal) a annoncé jeudi à Bouira, où il a tenu une réunion avec les artistes locaux, que ces derniers seront mieux protégés à l’avenir. “Je tiens à vous faire savoir qu’il y a un travail considérable qui est en train de se faire afin d’élaborer définitivement le statut de l’artiste digne de ce nom, notamment concernant sa protection juridique”, a-t-il indiqué. Et de préciser que “le texte en cours d’élaboration vise à protéger les artistes dans tous les métiers des pratiques abusives ou de l’exploitation par des employeurs, qu’ils soient publics ou privés.”  Selon le conférencier, un décret exécutif relatif à la relation de travail entre les artistes et leurs employeurs est en cours de préparation et devrait être promulgué avant la fin de l’année en cours ou, tout au plus, au début de l’année 2018. Cette rencontre entre dans une consultation globale du monde artistique afin de faire évoluer ce métier. D’ailleurs, c’est la 3e wilaya qu’il visite dans le cadre de sa mission consistant à réunir les artistes, dans le but d’écouter leurs doléances, et de leur donner des aperçus concernant les travaux effectués par son Conseil consultatif. Lors de la séance des débats, certains écrivains locaux ont fait le reproche à l’hôte de Bouira de “faire la part belle aux musiciens et de négliger les autres artistes, comme par exemple les écrivains”. Cette critique émanait d’un écrivain-journaliste présent à la séance et qui n’arrivait pas à entrevoir la place réservée à l’écrivain dans ce vaste chantier. M. Bendamèche lui rétorquera : “Je ne suis pas de votre avis, certes, si les musiciens sont mis en avant, c’est parce que leur nombre est supérieur tout simplement.” Et d’ajouter que “ce n’est pas parce que je suis musicien que je me permets de leur accorder des faveurs au détriment des autres. Pour moi, un écrivain est un artiste, et le métier d’artiste englobe tous les arts.”

6 400 cartes d’artistes attribuées
Par ailleurs, d’autres intervenants ont suggéré l’élargissement du Conseil national des arts et des lettres aux conseils de wilayas dans le but de “traiter les affaires courantes à leur niveau sans avoir à faire appel aux instances centrales”. Aussi, le fait que les cartes professionnelles soient écrites à la main et non numérisées et codifiées, a soulevé l’incompréhension chez les artistes qui redoutent la facilité de leur falsification. À ce titre, M. Bendamèche consolera les artistes contrariés en leur signifiant que ce n’est qu’un début, et que plus tard ils auront des cartes biométriques dotées de puces et de tous les paramètres modernes. Bien d’autres préoccupations que M. Bendamèche a pris soin de noter en rassurant les artistes de prendre sérieusement en compte leurs doléances. À l’occasion, le président du Conseil national des arts et des lettres a remis 13 cartes d’artistes à leurs bénéficiaires. “À notre niveau, il y a 10 594 dossiers qui ont été déposés, dont 8 055 ont eu l’accord des commissions. Depuis le 15 février 2015, nous avons remis près de 6 400 cartes d’artistes sur le territoire national”, a précisé M. Abdelkader Bendamèche s’agissant de la situation globale du secteur.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER