Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Retard dans la concrétisation du schéma de protection des sites

Les stations de gravures rupestres de Taghit en péril

Les stations de gravures rupestres de Taghit, un patrimoine culturel matériel humain, sont actuellement en péril et des retards sont mis dans la concrétisation du schéma de protection de ces sites d’une grande importance de l’histoire humaine, de l’avis même des responsables du secteur. 

“La mise en œuvre de ce schéma approuvé en 2016 par la direction locale du secteur de la culture et l’Assemblée populaire de wilaya (APW), et qui concerne les trois stations de Taghit, celles de Zaouia Tahtania, et deux autres dans les localités de Berrebi et Hassi Laouedj, qui relèvent de la commune de Taghit (97 km au sud de Béchar), attend encore le déblocage des crédits par le ministère des Finances pour couvrir les travaux prévus au titre du schéma de protection de ces stations”, a affirmé à l’APS le directeur local du secteur, Abdelkader Djenaihi. Ce schéma, qui a fait l’objet d’un large débat par les membres de l'APW et dont l'élaboration a nécessité un financement sectoriel de 10 millions DA, prévoit l'aménagement de l'axe routier menant aux stations de Taghit sur un linéaire de 20 km, en plus de la création d'un centre d'orientation et d'information sur l'art rupestre. Il prévoit également la création d'un musée de la préhistoire à Taghit, dans le but d'une meilleure éducation du public sur l'intérêt de la préservation de ce patrimoine matériel, en plus du renforcement du gardiennage des lieux, délaissés aux aléas de la nature et aux actes de vandalisme. “C’est au mois de juin 2016 que les dossiers culturel, administratif et études techniques ont été finalisés et approuvés par l’APW, puis adressés au ministère de tutelle pour approbation par les instances nationales et sa parution au journal officiel”, a fait savoir M.Djenaihi.

“Souillées” par le vandalisme
Les stations de gravures rupestres de Taghit, localisées sur une zone à protéger de 500 ha à quelques encablures de Taghit, sont des gravures préhistoriques d’âge néolithique dont les dessins sur les roches mettent en évidence, outre des représentations humaines, plusieurs espèces animales ayant vécu jadis dans la région, notamment des antilopes, des éléphants, des autruches, des gazelles, des chameaux et des girafes, selon le schéma de leurs protection. 
“Cependant et malgré leur grande valeur historique, certains de ces dessins ont été dégradés par de la peinture et des graffitis, actes de vandalisme d’individus inconscients de leur portée historique humaine”, a déploré M.Djenaihi. “La grande satisfaction vient des quatre stations de gravures rupestres datant de plus de 8000 ans, découvertes, il y a plus de cinq années dans le site de Khenag Tsawir (gorge des images), situé dans une zone désertique à 16 km à l’ouest du chef-lieu de la commune d’Abadla (88 km au sud de Béchar), qui n’ont jamais été dégradées de par leur éloignement des activités humaines”, a ajouté M.Djenaihi. 

Ces stations comprennent une quarantaine de dessins de bovidés et autres espèces animales de l’époque, et sont localisées dans un site à haute valeur historique, étant donné la présence de sépultures, de poterie et plusieurs autres matériaux archéologiques, d’une grande importance pour la connaissance de l’histoire de la région de la Saoura, du pays et de l’humanité, selon le même responsable.
 

APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER