Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Après la tenue de “ciné-plage” dans leur ville

Les Témouchentois revendiquent l’ouverture de salles de cinéma

Ciné-plage attire un public nombreux. ©D. R.

Qui a dit que cette jeune génération n’apprécie pas les films dans des salles sombres, et ce, en dépit de sa privation depuis des décennies à la faveur d’une politique destructrice au profit des stades de football dont on connaît les conséquences violentes ? Pour l’heure, seuls les cinéphiles de la capitale ou des grandes villes comme Oran ­— qui accueille annuellement le Festival du film arabe — connaissent ce privilège, et ce, même avec le peu de salles qui reste. Les dizaines de familles de la plage de Terga dans la wilaya de Aïn Témouchent, qui ont assisté à la 4e édition de ciné-plage, organisée du 6 au 10 août par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), viennent de découvrir ce plaisir de partager les films sur grand écran, dans une ambiance apaisante, loin du tintamarre habituel. Les deux premières projections programmées dans la soirée de lundi 6 août ont été consacrées  à un court-métrage intitulé ‘‘Le hublot’’ d’Anis Djaad, suivi de Jours de cendre de Amar Si Fodil. Les familles que nous avons abordées étaient unanimes. ‘‘Nous revendiquons l’ouverture des salles de cinéma car rien ne vaut un spectacle sur grand écran’’, ont-elles réclamé. Bien qu’ils fussent accompagnés de leurs progénitures, cela n’a pas empêché les parents de suivre avec une attention toute particulière la projection des deux films. Dans le même sillage, de nombreux estivants que nous avons abordés nous ont affirmé s’être déplacés d’autres plages pour assister à ces projections de films algériens et continueront à le faire jusqu’à la fin de la manifestation. Lundi, il faisait trop chaud, et ce, jusqu’à tard la nuit dans la région de Aïn Témouchent. Ce qui explique aussi ce rush vers la plage de Terga. Des jeunes qui n’ont pas la chance de fréquenter les salles obscures pour les raisons susmentionnées, revendiquent à leur tour l’ouverture des salles de cinéma, et l’accélération de la livraison des salles Soummam (ex-Capitol) et Fellaoucene (Ex-Casino) du chef-lieu de wilaya pour pouvoir goûter aux délices du grand écran et en famille. Rappelons que le programme de cette 4e édition de ciné-plage prévoit, jusqu’à la soirée de vendredi, la projection d’un court et d’un long métrages. Ce soir sera projeté Je te promets de Mohamed Yargui, suivi du long métrage Le clandestin de Benamar Bahti. Demain ce sera au tour d’Un pont vers la vie suivi de Jusqu'à la fin des temps de Yasmine Chouikh et enfin vendredi la manifestation sera clôturée avec la projection de Iminig de Menad Mebarek, et de Hassen niya de Ghaouti Bendeddouche.

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER