Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

LES ALGÉRIENS À L’ÉTANGER CÉLÈBRENT LE 8 MARS

Les voix de femmes à l’honneur

Les Algériens de l’étranger préparent activement la célébration de la Journée internationale des droits de la femme. Plusieurs spectacles et galas artistiques sont au programme, qui mettent en valeur les images de femmes artistes. Ainsi de Paris à Martigny en passant par Lyon et Genève, les voix des femmes algériennes vont vibrer. Tour d’horizon.
Les Algériens de Paris sont les plus veinards puisque leurs choix sont multiples. Au Centre culturel algérien, Nassima et Abderrahmane Djalti se partagent l’affiche. Ainsi le 8 mars, Djalti qui célèbre ses 30 ans de carrière, va bercer son public surtout avec ses chansons sentimentales, pour laisser place le lendemain à Nassima, qui envoûtera les spectateurs avec sa rayonnante voix et qui excelle dans la musique arabo-andalouse. Le même jour, Meriem Bleddi va imposer un dilemme.
À la salle de concert d'Ivry-sur-Seine les amoureux de la musique chaâbi et les nostalgiques d’El-Anka, de Hachemi Guerouabi ou encore Boudjemaâ El-Ankis vont se laisser charmer par la voix veloutée de Meriem qui mixe les divers genres du chaâbi. Prenant le challenge d’interpréter un répertoire chanté exclusivement par les hommes, elle a réussi à se faire une place honorable sur la scène musicale avec trois albums favorablement accueillis.
Les Lyonnais, quant à eux, auront droit à une grande soirée kabyle portant le titre “Kabylifornie, azul”. Organisée par l'association culturelle kabyle Tamurt, elle aura lieu le 24 mars dans la salle de la Bourse du travail de Lyon. Le public aura droit à une brochette d’artistes, à leur tête Massa Bouchafa connue pour sa musique kabyle festive. Du côté de Genève, c’est Naïma Dziria qui donnera rendez-vous aux Genevois le 9 mars, à la salle du Faubourg à Genève, dès 19h30. Invitée par l’association Mozaïk, l’étoile du chaâbi algérien promet une ambiance algéroise garantie. Après cette soirée, il faut attendre le 30 mars et aller au fin fond des montagnes du Valais, à Martigny précisément.
C’est dans cette ville que Belaïd Boukemche prépare activement une soirée autour de la culture kabyle. Le groupe IHIN, Ferhat Saâdi et Karim Hammadou, fusionnant les musiques internationale et kabyle, promettent une ambiance folk, rock et kabyle, tout en dégustant un couscous.
Le même groupe se produira le 27 avril, aux côtés du groupe “Tagmats kabyle” dans le cadre d’une soirée organisée par l’Association des Berbères du Grand Genève, en collaboration avec le Festival international du film oriental de Genève qui présente le même jour le film JSK1946-1996, joyeuse saga des Kanaris, d’Abderrazak Larbi Cherif.


T. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER