Scroll To Top

Culture / Culture

Il est décédé avant-hier des suites d’une longue maladie

Mohamed Djouhri, dit “Djo”, tire sa révérence

© D. R.

Le jeune Algérien aux allures de Belmondo fait son entrée au cinéma grâce à Okacha Touita en 1980 dans “Rue Tartarin”. Il enchaîne ensuite les  tournages  entre  l’Algérie  et  la  France,  dans  des  productions comme “Hors-la-loi” de Rachid Bouchareb, “Le Sang des loups” de Amar Sifodil, “En attendant les hirondelles” de Karim Moussaoui,  ou encore “L’Adieu à la nuit” d’André Téchiné.

Okacha  Touita, Merzak  Allouache, André  Téchiné, Karim  Moussaoui, Rachid Bouchareb, Amar Sifodil et tant d’autres cinéastes l’ont compté parmi leurs acteurs fétiches. La longue carrière de Mohamed Djouhri, appelé affectueusement “Djo” par ses amis, a pris fin avant-hier, à l’aube de ses soixante-dix-ans.

Son  parcours  nous  aura  fait  connaître  un  homme  singulier,  aux facettes  multiples et complexes. Elles trouvent leurs sources dans sa naissance, son exil, sa fureur  de vivre et la boxe, sport  qu’il chérissait plus que tout et qu’il pratiquait depuis son enfance.

Pourtant, rien ne prédestinait ce natif d’El-Harrach à une carrière cinématographique, jusqu’à devenir l’un des grands noms du 7e art algérien. Né sous une bonne étoile de toute évidence, même si les conditions dans la demeure où il vivait avec ses parents et une fratrie nombreuse furent difficiles. Au commencement était donc la boxe pour Mohamed mais aussi ses frères.

Une passion, une évidence aussi. Elle l’accompagnera pendant de longues années avant qu’il ne décide de raccrocher les gants. Le jeune Algérien aux allures de Belmondo fait son entrée au cinéma grâce à Okacha Touita en 1980 dans Rue Tartarin.

L’action se déroule dans un bidonville de Nanterre en 1957, où “cinq Algériens exilés jouent aux cartes, pensent  à  leur pays, à  leur  guerre. Un  assassinat, l'exécution  d'un  traitre, les plonge  dans  la  violence,  les  interroge  sur eux-mêmes”.

Aux  côtés  d’acteurs  comme  Miloud  Khetib, Boudjema  Bouhada, Kamel Tafiani, il y tient le rôle d’un proxénète gueulard, bagarreur et maladroit. 

Il  enchaîne  ensuite  les  tournages  entre  l’Algérie  et  la  France, dans des productions comme Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, Le sang des loups de Amar Sifodil, En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui, L’Adieu à la nuit d’André Téchiné où il incarne le rôle de Youssef, un homme qui a réussi son intégration sociale.

Il était, pour la jeune génération de réalisateurs et d’acteurs, une figure paternelle, dont le sourire suffisait à réconforter et dissiper le moindre doute. Ce sourire qui ne l’a d’ailleurs pas quitté en 2017 durant le photocall d’En attendant les hirondelles au Festival de Cannes.

Suite à l’annonce de sa disparition, l’interprète de musique andalouse Lila Borsali, qui a partagé l’écran avec le défunt, a écrit sur son compte facebook : “Quel honneur pour moi d’avoir joué avec ce grand monsieur du cinéma algérien !

La famille artistique de nouveau endeuillée avec le décès du grand acteur Mohamed Djouhri, Allah yerahmou. Je présente mes sincères condoléances à sa famille, Puisse le Bon Dieu l’accueillir en Son vaste Paradis.”

Amir Nebbache, présentateur, s’est dit “attristé d'apprendre la disparition de mon ami Mohamed Djouhri, une personne extraordinaire, une belle âme, un homme tellement généreux et gentil, mais également un comédien talentueux au charisme remarquable, voilà qu'il rejoint, un an jour pour jour, son ami et compagnon de vie Cherif Aggoune”. À noter que l’acteur a été inhumé hier en début d’après-midi au cimetière d’El-Harrach. 
 

Yasmine AZZOUZ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER