Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Une ancienne voix de la chanson kabyle s’en va

Mohamed Saïdji n’est plus

Connu pour avoir accompagné de belles voix de la chanson kabyle, en tant que percussionniste, puis pour ses chansons dont Yellis n Bab El-Oued, le chanteur Mohamed Saïdji n’est plus. Il est décédé avant-hier dans un hôpital à Paris. Né le 2 décembre 1937 à Boghni (wilaya de  Tizi Ouzou), Mohamed Saïdji fera ses débuts dans l’orchestre de Missoum, puis accompagne cheikh El-Hasnaoui et Akli Yahiatène avec lesquels il a travaillé durant 3 ans, ainsi que Taos Amrouche au bendir en 1966.  Mohamed Saïdji accompagnera aussi cheikh  Arab Bouyazgarène, Dahmane El-Harrachi, Ahmed Wahbi, Salah Saâdaoui, Kamel Hamadi,  Nora, Seloua, Hanifa, Bahia Farah…
Ce n’est qu’en 1965 qu’il entame sa carrière dans la chanson en duo avec Akli Yahiatène dans Djigh Arawiw. Durant la même année, il enregistre son premier album. Il s’agit de deux chansons du chanteur Oukil Amar M’Rahva, M’Rahva et Tejid-yi et était plus connu pour sa chanson Yellis n Bab El-Oued.
Il chantera également en duo avec Aït Farida dans Awi-yi durant les années 1970. Mohamed Saïdji comptabilise une quinzaine d’albums ainsi que plusieurs clips et une cassette vidéo avec Salah Saâdaoui. Son dernier album fut El- Dzaïr (L’Algérie).


K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER