Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Sabrine Jenhani à propos du style musical du duo Ÿuma

“Notre musique traite de ce qui tracasse toutes les sociétés arabes”

Sabrine Jenhani et Ramy Zoghlami, du duo Ÿuma. © D.R

Ÿuma, c’est l’histoire de deux artistes tunisiens qui, de fil en aiguille, se sont distingués par des “mashups” originaux de chansons orientales et occidentales. Il s’agit de Sabrine Jenhani et Ramy Zoghlami, un duo d’auteurs-compositeurs qui fait partie de la nouvelle vague de la musique tunisienne. Malheureusement leur belle histoire se termine. Ils ont annoncé sur Facebook que leur aventure se termine, mais qu’ils continuent leur tournée (jusqu’au mois de mars 2019). Liberté a contacté Sabrine pour parler avec elle de leurs débuts, de la dissolution du groupe et de leurs tournées musicales.

Liberté : Comment s’est formé le duo “Ÿuma” ?
Sabrine Jenhani : Il s’est formé après une brève collaboration en 2013 autour d’un projet électro-blues avec Benjemy, un DJ tunisien. Suite à quoi nous avons décidé de nous lancer dans un projet qui n’a pris forme qu’en décembre 2015, le projet mashup nous a propulsés au-devant de la scène. Très vite, nous nous sommes mis à écrire et composer ensemble un nouvel album, toujours sans perspective à cette époque, sauf celle de rester visible pour le public qui a soutenu les mashup. Ÿuma est né en mars 2016 à la sortie de l’album Chura. Nous formions un jeune groupe né sous une bonne étoile puisque, très rapidement, le succès a suivi. La même année, nous avons enchaîné avec des concerts et des tournées, d’abord en Tunisie, ensuite en France. En 2017, le groupe signe avec le label Innacor pour une production d’un second album Ghbar Njoum (poussière d’étoile), paru en février 2018. Cet album né sur la route, écrit et composé par le duo, a connu un réel succès sur la Toile et dans la presse. Le groupe en tournée depuis février 2017 fait des dates importantes à Londres, Bruxelles, Maroc, Egypte, Suisse, Allemagne, Portugal, Italie, et joue plusieurs fois à côté de groupes de renommée internationale dont Emir Kusturica, Piers Faccini, Iyoeka, Hindi Zahra, Mashrou3 Leila, Duoud, Speed Caravane et plein d’autres.

Vous annoncez dans votre page Facebook que vous mettez fin à votre carrière. Pourquoi cette décision ?
Le projet Ÿuma est né d’une collaboration entre les deux artistes, moi et Ramy Zoghlami.
Après quatre années de travail en collaboration, on a décidé ensemble qu’il était pour le mieux de se concentrer chacun sur un projet solo. L’objectif était de se donner à fond dans des choix artistiques différents de Ÿuma, de l’un et de l’autre.

L’oubli, l’exil, la vie, l’espoir sont des thèmes récurrents dans vos compositions…
La musique de Ÿuma traite de ce qui tracasse toutes les sociétés arabes, anciennement colonisées. L’exil n’est autre que le sentiment de non-appartenance que ressent un citoyen de la Tunisie (ou autre). Je cite ici Albert Camus dans  L’exil et le royaume, lui qui a vécu entre deux culture, il n’a jamais ressenti une forte appartenance ni à l’une ni à l’autre. Tel est notre vécu en Tunisie surtout lorsque les mouvements sociaux séparatistes pointent cette divergence, cela se ressent plutôt comme un handicap que comme une richesse.

La vie et l’espoir sont donc cette lueur qui nous permet de se ressourcer, vivre pleinement son bonheur malgré l’angoisse liée à l’appartenance, à un futur incertain, à un système socio-politique en construction…
À travers une écriture aussi simple que pointilleuse, le duo Ÿuma souligne tout ceci, en favorisant et en valorisant la derja tunisienne et sa
poésie.

Actuellement et jusqu’à mars 2019, vous êtes en tournée en Europe et en Tunisie. D’ailleurs votre public algérien est un peu déçu de ne pas vous accueillir ici en Algérie …
Effectivement, la tournée s’étend jusqu’au mois de mars 2019. Des dates à l’étranger sont prévues. Par exemple, le 22 juillet nous seront au Festival Les Vieilles Charrues – CARHAIX, le 27 juillet en Sardaigne (Italie), en septembre nous animeront un concert aux Îles Canaries et bien d’autres dates.
Pour l’Algérie, vous savez, Ÿuma est un groupe indépendant qui se coproduit avec des boîtes de booking indépendantes. Il est très difficile de se développer à l’international surtout dans certaines régions où la culture de tournée ou de booking n’est pas monnaie courante (comme c’est le cas pour la Tunisie, et c’est pour cela que nous sommes producteurs de nos propres spectacles).
Le duo a été booké trois fois en Algérie et le concert a été annulé les trois fois malheureusement.

Vous comptez parmi vos fans plusieurs Européens. Comment ont-ils accueilli votre style ?
“La musique est un langage universel.” La musique de Ÿuma a été très bien accueillie pour ses valeurs artistiques : purisme, simplicité, authenticité et émotion. Le projet véhicule les mêmes émotions à l’étranger que dans nos territoires.


I. A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER