Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Dans le cadre de la promotion du patrimoine immatériel amazigh

Numidya édite cinq nouveaux contes kabyles

La littérature de jeunesse amazighe vient de s’enrichir de cinq nouveaux contes édités, ces derniers mois, par l’association culturelle Numidya : Tamacahut n vu thkerchets (le conte du ventru), Tamacahut n Guettouche (le conte de Guettouche), Thakharroufth n lawhouch (l’île des monstres), Thawadjth idharen (la fille aux pieds tordus) et Tamacahut n Ali Ududec (le conte d'Ali Ududec) sont ainsi disponibles au siège de l’association, rue Amrani Ali, sous forme de livres mais aussi de CD multimédias dans lesquels les histoires sont sous-titrées en arabe et en français. “Ces éditions entrent dans le cadre d’un projet impliquant le ministère de la Culture et l’Union européenne visant à sauvegarder et promouvoir le patrimoine immatériel amazigh”, explique, à Liberté, le président de Numidya, Saâd Zaamouche, en annonçant la prochaine édition de trois autres contes. À côté de l’édition des contes pour enfants, le Programme d’appui à la protection et valorisation du patrimoine culturel en Algérie (mai 2016-novembre 2017) comprend également l’élaboration en ligne d’un dictionnaire de tamazight (Amawal) de 20 000 mots, l’enseignement de la langue amazighe sur internet (Tamsirt) et l’élaboration d’un journal online (Tafukt) : “Nous avons atteint 70% de nos objectifs. Le dictionnaire offre déjà 8 000 mots et l’enseignement online attire de plus en plus de nouveaux inscrits”, continue Saâd Zaamouche, optimiste quant à l’évolution de ces outils destinés à la préservation de l’héritage amazigh et kabyle. Sur la problématique du siège de l’association, notre interlocuteur regrette que les instructions données par les responsables de l’exécutif buttent sur les lenteurs administratives. Saâd Zaamouche rappelle que le wali d’Oran, de même que son prédécesseur Abdelghani Zaâlane, avaient instruit les Domaines et l’OPGI pour l’attribution à l’association d’un nouveau siège. “Malheureusement, nous attendons toujours que ces ordres trouvent un écho sur le terrain”, regrette-t-il. Signalons, enfin, que l’association culturelle Numidya est partie prenante de l’organisation du Colloque international sur Syphax qui doit se tenir les 22, 23 et 24 septembre prochain dans la wilaya de Aïn Témouchent. De nombreux chercheurs et spécialistes algériens et étrangers (conseillers de l’Unesco, universitaires de Tunisie, France, Grèce, Soudan, …) sont attendus à cette conférence sur celui qui a régné sur la Numidie occidentale entre 215 avant J.-C. et 203 av. J.-C.

Samir Ould Ali


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER