Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Les aides financière au cinéma en question

Polémique Allouache-Mihoubi sur fond de "Madame Courage"

Séquence du film "Madame Courage", de Merzak Allouache. Photo : DR

La participation du film "Madame Courage",  de Merzak Allouache au Festival international du film de Haïfa (en Palestine occupée) a fait éclater une polémique entre le réalisateur, et le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi.

Ce dernier, dans une déclaration, faite en marge de l'ouverture de l'année universitaire des établissements sous tutelle de son département, a précisé que le film de Merzak Allouache a bénéficié d'un financement "à hauteur de 20 millions de dinars dont 8 déjà versés", comme première tranche de la contribution du ministère de la Culture. Tout en ajoutant que cette participation financière est limitée, mais que "la responsabilité liée à ce film relève de son seul producteur", Baya Films.

De son côté, le réalisateur du film avait nié, dans les colonnes  du journal El Khabar du 29 septembre avoir bénéficié d'une quelconque aide financière. Sa réaction fait suite à un courrier reçu du ministère lui demandant des explications sur sa participation au festival de Haifa.  Il affirme que film n'a pas été financé par l'Algérie  ce qui "ne permet pas de considérer le ministère de la Culture comme co-producteur" du film.

Capture d'écran de l'article du journal El-Khabar, publié le 29 septembre 2015

Peu après la déclaration du jeudi par le ministre de la culture, le réalisateur de « Omar Gatlatou » a publié une lettre sur son compte Facebook, dénonçant le « violent lynchage médiatique est orchestré depuis une semaine par des agitateurs et relayé par certains journaux, des télévisions et sur les réseaux sociaux en Algérie, condamnant la présence de mon film dans ce festival israélien ».

Post de Merzak Allouache publié le jeudi sur son compte Facebook

 Pour rappel, le film « Madame Courage » est une coproduction franco-algérienne, et il  est le 14ème long métrage de fiction de Merzak Allouache, mettant en scène les péripéties d’un adolescent, Omar, instable et solitaire vivant dans un bidonville de la banlieue de Mostaganem.

 « Madame Courage » est le fruit d’une coproduction entre Baya Films (Algérie) et Neon Productions (France). Sur le site des producteurs français, il est mentionné que le film est financé par : "Aide aux cinémas du monde", "CNC et Institut Français,  Doha Film Institute, SANAD Abu Dhabi et...FDATIC (Algérie). 

Le FDATIC étant le "Fonds de développement de l'art, de la technique et de l'industrie cinématographiques", un organisme lié au ministère de la culture algérien.  

Cette polémique a d'ailleurs été l'occasion pour le ministre de préciser que dorénavant les choses vont changer.  Il, a indiqué qu'il est prévu « d'introduire de nouvelles dispositions dans les prochains contrats de financement des films co-produits par l'Algérie lui conférant un "droit de regard" sur leur participation à des festivals internationaux ». 

Les médias sociaux se sont également invités à ce débat. Entre "pour" la participation du film au Festival international du film de Haïfa (en Palestine occupée), et "contre", les avis divergent.

 

Imène AMOKRANE

@ImeneAmokrane

Publié dans : cinéma,Allouache,Mihoubi

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Saldae le 02/10/2015 à 22h07

Fellini a fait de Rome le centre du monde , Tavernier a rappelé au monde que Lyon était le berceau cinéma . Merzak Allouache est probablement le cinéaste qui rappelle depuis 40 ans au Monde qu'Alger est encore là en dépit de la bêtise ambiante. Il peint plus qu'il ne rend compte de la façon dont le temps emmure notre quotidien. Quant à son excellence, qu'il se rassure , il ne risque pas d'être sensible aux arguments de la raison, aux conseils de l'intelligence ni à l'esthétique néoréaliste.

Commentaires
1 réactions