Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Toufik Khelladi à propos de la grille des programmes de l’EPTV

“Privilégier la production nationale”

Le DG de l’EPTV, Toufik Khelladi. © D.R.

Lors d’une conférence de presse donnée hier au siège de l’EPTV, le DG est revenu sur les grandes lignes de la programmation concoctée pour le mois de Ramadhan.

À quelques jours du Ramadhan, le directeur général de l’EPTV, Toufik Khelladi, a animé hier une conférence de presse pour donner les grandes lignes de la grille des programmes de toutes les chaînes du service public. “L’identité au pluriel et frugalité sont les deux principes qui ont inspiré la conception du programme qui sera décliné à travers les cinq chaînes du groupe EPTV durant ce mois de Ramadhan”, a annoncé d’emblée le DG de la télé algérienne. Tout en poursuivant : “La double identité réaffirmée du service public implique la couverture des différentes activités qui auront lieu durant cette période mais aussi la recherche de la créativité et de la qualité dans les programmes.”  À ce sujet, le conférencier a expliqué que “l’identité algérienne devra imprégner les contenus des différents programmes aussi bien artistiques, culturels et de divertissement que ceux en rapport avec notre sainte religion en cette période particulièrement chère aux croyants”. Concernant le volet économique, M. Khelladi a souligné que le groupe EPTV, en dépit de l’inflation et de la surenchère qui “caractérisent le marché de la production audiovisuelle nationale veille à appliquer les instructions du gouvernement de rationalisation de l’utilisation des ressources de l’établissement en maîtrisant les budgets de production à des niveaux raisonnables, et ce, en recourant également aux apports externes de sponsoring”. Toujours dans le sillage de présenter “l’esprit” de la grille des programmes qui a coûté pour cette année “25 milliards de centimes, soit -15% que l’an dernier”, le DG de l’EPTV a insisté sur le fait que la production nationale aussi bien interne qu’externe sera “privilégiée et le moratoire sur les achats de programmes étrangers a été reconduit pour la troisième année consécutive, ce qui se traduira sur nos chaînes par des taux d’intégration avoisinant les 100%, voire carrément les 100% sur les chaînes Canal Algérie et Tamazight”.  Questionné sur une éventuelle concurrence avec les chaînes privées ayant préparé de grosses productions pour le mois sacré, M. Khelladi a précisé sur ce point qu’au service public, il y a deux éléments de fond : le premier, celui de cohésion sociale : “La télé publique doit avoir un programme qui vise toutes les catégories, et nous ne sommes pas dans la compétition commerciale mais nous tentons de répondre à un besoin et de nous renouveler en apportant des réponses, et elles peuvent être bonnes, moyennes ou de mauvaise qualité”, a-t-il précisé. Le 2e élément, quant à lui, est basé sur “les disponibilités financières que nous avons obtenu. Nous avons essayé d’équilibrer, il n’y a pas eu d’achat surdimensionné sur l’ensemble des programmes”.
D’ailleurs, dans l’optique de contribuer à l’émergence des créateurs algériens, l’orateur a annoncé avoir “essayé d’aider le maximum de jeunes producteurs, et de mettre en valeur la richesse indéniable des jeunes acteurs. Nous n’avons acheté que des produits algériens”. Pour revenir à la programmation, il a été indiqué que “les structures des grilles des chaînes seront maintenues avec le souci de concilier l’objectif de spécialisation et le souci de la mutualisation”. “À ce titre, la plupart des programmes de fiction feront l’objet d’une diffusion croisée sur les différentes antennes, de même que la formule de la diffusion en commun sur la chaîne terrestre et A3, et ce, de 17h30 à 22h15.”  
À noter que pour cette année, il sera diffusé un total de 18 feuilletons de fiction de différents formats en arabe, kabyle et chaoui. Parmi ces productions, on peut citer Ennar El-Barda, Rebiha et Thakniouine. Aussi, les téléspectateurs pourront découvrir des sitcoms à l’exemple de Antar wlid Cheddad ou alors Bab eddechra avec Beyouna. Il y aura entre autres des émissions de divertissement artistiques et culturelles, des émissions religieuses et culinaires, et les enfants ne seront pas en reste avec “Studio Sighar».


Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER