Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Bande dessinée “Une barque et un espoir” de Mohamed Boudjella

Quand la société faillit à sa tâche

© D.R.

Parue aux éditions spécialisées en bandes dessinées, Z-Link, l’œuvre de 96 pages, du bédéiste Mohamed Boudjella, au titre évocateur Qarib wa amel  (Une barque et un espoir), narre les péripéties d’un trio d’amis, fraîchement sortis de l’université, en l’occurrence Mourad, Zinou et Farid, vivant dans un quartier populaire, et oscillant entre espoir de lendemains meilleurs et envie de quitter cette terre qui n’a pu leur offrir, malgré tous les diplômes décrochés, la vie dont ils rêvaient. Ainsi, la bande dessinée s’ouvre sur une scène prémonitoire, où le héros se réveille en sursaut, comme appréhendant le futur proche qui attend ses compères et lui-même… Ces amis, justement, lui annoncent que tous leurs ennuis et les temps de vaches maigres sont désormais révolus, avec l’acquisition d’une table de marché qui leur permettra de subvenir à tous leurs besoins. Mais très vite, les ennuis reprennent pour les trois personnages, quand la police saisit leurs marchandises et équipements, réduisant ainsi à néant tous leurs projets et toutes leurs espérances.
Cette situation mènera le trio à penser à l’émigration clandestine, qui est devenue leur dernier recours afin d’avoir une vie un tant soit peu digne.
Une situation qui poussera Mourad  à prononcer cette phrase si lourde de sens : “Les autres ont raison, la barque est notre seul espoir, même si nous devons faire face à de grands dangers.” Réunis dans une barque de fortune, nos candidats à l’émigration rencontreront des jeunes, las de leur situation sociale et de leurs conditions de vie.
Mais dans leur recherche d’un avenir meilleur, ils se heurteront à la difficulté de laisser les êtres aimés, de tout abandonner et de n’être certains de leur futur.
Cependant, une lueur apparaît chez Zinou, l’intrépide et fugace compagnon de Mourad, qui, à la suite de leur rencontre avec des sœurs fuyant un cadre familial dégradant, se met à penser à un avenir à deux, dans une terre qui sera peut-être plus clémente que celle où ils sont nés.
Outre la qualité des dialogues et des dessins,  Mohamed Boudjella traduit les peurs, les souffrances et les rêves d’une jeunesse égarée, en mal de repères, qui a tant à offrir mais qui se retrouve ciblée de toutes parts ; que ce soit par la société, si rapide à juger leurs actes, sans toutefois les aider, et un système qui, au lieu de leur apporter aide et soutien, les étouffe au point de les inciter à quitter cette terre, pourtant si riche et bienveillante.
Qarib wa amel, de Mohamed Boudjella, éditions Z-link, 96 pages, 2016.


Yasmine Azzouz


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER