Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Café littéraire "Le Sous Marin"

Quand "Labter" raconte "Hiziya"

©Leïla BAKOUCHE Pour la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

Le café littéraire "Le Sous Marin" (Alger) a organisé hier samedi la présentation du premier roman de Lazhari LabterHiziya”. L’auteur (65 ans), né à Laghouat, qui était présent lors de la conférence, a eu plusieurs casquettes ; éditeur, journaliste, poète et maintenant romancier.

Le roman “Hiziya” a été édité aux éditions “El Ibriz” et la directrice Samira Bendris Oulebsir était présente sur les lieux auprès de Labter. “C’est un honneur pour moi que Lazhari Labter ai choisi notre maison d’édition, c’est un collègue et ami avec qui j’ai appris beaucoup de chose” a déclaré la directrice et gérante de la maison d’édition.

Il était une fois, une jeune et belle femme répondant au joli nom de Hiziya, follement éprise de son jeune et beau cousin S’ayyad, cavalier émérite et aman hardi, l’histoire aurait pu commencer comme un conte des milles et une nuits” confie l’auteur avant d'ajouter qu'“elle nous a été rapportée par un immense poète du nom de Mohamed Benguitoun dans un long poème élégiaque intitulé Hiziya, écrit après la mort tragique de Hiziya à l’âge de vingt-trois ans” le poète ainsi que Hiziya et S’ayyad sont originaires d’un oasis du nom de Sidi Khaled.

Voir galerie photos de la #RDL en cliquant ICI

Lazhari Labter a eu une très grande surprise qui selon ses dires, l’a ému. En effet, la famille de Hiziya et S’ayyad était présente au café littéraire . Après la présentation du roman et au cours du débat, quelques un d’entre eux ont prit la parole. “S’ayyad était anéanti par la mort de Hiziya, oui, mais il n’a pas perdu ses facultés mentales, il était juste tombé dans un mutisme complet pendant 18 mois” a rectifié le petit fils de S’ayyad avant de rajouter “Un chef spirituel de la zawiya de Mokhtaria l’a par la suite aidé à remonter la pente en lui disant que c’était la volonté de Dieu et qu’elle devait être bien là ou elle était.” Toujours d’après le petit fils de S’ayyad, il s’est marié avec une jeune femme du nom de Hiziya aussi avec laquelle il a eu un enfant mais qu’il a quitté. Il s’est remarié encore une fois à une Hiziya avec laquelle il n’a pas eu d’enfant mais qu’il a aussi quitté. C’est là qu’il a rencontré Baya qui est par conséquent la grand mère du petit fils de S’ayyad avec qui il a eu beaucoup d’enfants.

Dans toutes les histoires d’amour, on dit Qays et Layla, Antar et Aabla mais dans celle-ci, on dit Hiziya. Pas S’ayyad et Hiziya mais Hiziya.” a déclaré Labter comme pour souligner l’importance de cette jeune femme. “Hiziya, l’histoire en elle même fait partie de notre patrimoine. C’est presque une identité algérienne qui relate l’amour et la passion et partout, partout où j’irai, je porterai cette histoire, je le promet” avoue l’auteur avec émotion.

L’auteur ainsi que le livre seront présents lors du SILA 2017.

Sonia GASSEMI

Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

@SoniaGassemi

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER