Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

Culture / Culture

L’artiste peintre Taieb Benabbas Bakhti expose à Alger

Quand l’art pictural se lie à la musique

© D. R.

Depuis la nuit des temps et jusqu’à nos jours, la peinture s’est de tout temps alliée avec la musique. À eux deux, ce duo de douceurs scelle l’idéale entente née sur le tandem qui roule vers l’extase de couleurs et qui s'ancre à l'esprit de l’homme épris du beau, eu égard à sa vertu créative. À ce sujet, tant d’artistes se découvrent du chic dans le talent mais aussi de l’audience auprès du public, et ce, rien que pour avoir prêté une ouïe distraite au diaporama de musiques de  fond d’un atelier. À ce propos, “la présence” de la musique de fond qui égaie en ce moment la galerie d’art Mohammed-Racim n’est pas fortuite. Loin s’en faut, puisqu’elle est l’idéale complice, voire la douce  muse de l’artiste peintre Taieb Benabbas Bakhti qui instrumente ses coloris dans la pigmentation de l'abstraction lyrique, un style qu’il orchestre d’une diversité restreinte en termes de couleurs et d’un zeste de solfège jusqu’à obtenir “le parallèle entre la musique et la peinture” selon l’énigme d’Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842). Ceci dit, l’art de Taieb Benabbas Bakhti se schématise dans l’abstraction picturale née au XXe siècle, où il rythme la chorégraphie de ses pinceaux dans le mode d’un contrepoint figuratif ou de l’abstrait. En ce sens, l’écho mélodieux s’exhibe dans les toiles de l’artiste où les clefs de sol et de fa s’unissent à l’arc-en-ciel. Ainsi, l’une comme l’autre y trouve sa liberté dans l’abstrait et dans la pensée du collé-serré d’une “danse” sur une gerbe de couleurs. Certes qu’elles n’ont ni l’air ni les paroles, néanmoins les toiles invitent au “dialogue” pour qu’il n’y ait plus de noir dans “l’existence”. Qu’il (le noir) se délaye jusqu’à l’obtention de la nuance du cendré qu’il offre pour l’éveil et la naissance du bleu à l’horizon. Et à l’illumination de la nuance verte, on croit entendre les trois familles d'instruments, à savoir les cordes, les vents et les percussions qui battent la mesure de l’exposition “l’Allégorie” si riche de 35 toiles. “L’art lyrique c’est l’alchimie de la peinture alliée à la musique et où adhère le jeu de mains de l’artiste peintre au rythme du chant et de la nouba. Outre l’alchimie de la peinture et la musique, l’utilisation de notes obéit aussi à du vécu, source de l’émergence”, a déclaré l’artiste peintre Taieb Benabbas Bakhti. Au demeurant, nous sommes dans “la confrontation d’idées et de dialogues”. Inspecteur d’enseignement de son état, l’artiste peintre Taieb Benabbas Bakhti encense la naissance d’un style qu’il lui tient à cœur de vulgariser du fait qu’il peint à la cadence de l’universalité. Mais pour s’émerveiller de l’éloquence acrylique dite peinture-musique, l’idéal est d’être à l’écoute de l’art de cet enfant de Tissemsilt (ex-Vialar) qui vous attend jusqu’au 15 avril à la galerie d’art Mohammed-Racim.
 

Louhal Nourreddine 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER