Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Son deuxième roman “Double vie” vient de paraître

Rabah Benamghar raconte les contraintes d’un couple moderne

Après Le retour au bercail, en 2016, Rabah Benamghar revient avec Double vie, publié aux éditions Richa Elsame. L’auteur raconte à travers cette œuvre une histoire d’amour tumultueuse dans un couple moderne. Des histoires d’amour rendues souvent difficiles par les contraintes de la vie en société, comme il est souligné dans la préface du livre. Dans Double vie, l’auteur dit pénétrer dans l’intimité d’un couple malheureux qui vit sous la couverture du dogme.
Il s’agit pour Rabah Benamghar d’une fiction tirée d’histoires vraies. “J’essaye d’être à la limite du condamnable. Il n’est pas de mon rôle de porter un jugement. Y a ceux qui voient dans mon roman juste une histoire passionnelle et fantastique bonne à lire, et ceux qui trouvent, au contraire, une œuvre littéraire qui mérite à ce que l’on tarde sur elle”, soulignera l’auteur du livre. Pour ce dernier, les couples et les individus ne sont plus acteurs. Ils deviennent des figurants dans un monde automatisé par un mode de vie universel. La technologie et la mondialisation ont pris le dessus sur l'instinct naturel. Il poursuit en expliquant que le rôle d’un écrivain est d’aller au-delà des règles établies : “J'essaie de percer l’antre intime des couples pour aller dans l'autre face que le commun des mortels ne connaît pas. L'auteur ne doit pas se contenter des choses merveilleuses et superficielles. Il doit, bien au contraire, fouiner à contresens des règles établies, des sentiers illuminés. Il faut faire parler les silences qui font mal, les houles intérieures que personne ne voit ni ne ressent. Refuser de voir nos tares et défauts ne veut pas dire qu'ils n'existent pas. Bien au contraire, cette attitude les nourrit et les fertilise”, dira-t-il.
Rabah Benamghar est un quinquagénaire originaire du village Takhamt Lalalm à Tigzirt (wilaya de Tizi Ouzou). Il a fait ses études au village, puis au lycée Amirouche de Tizi Ouzou avant de continuer son parcours de formation pour devenir fonctionnaire de l’éducation nationale. Actuellement à la retraite, passionné de lecture et d’écriture, il rejoint tard le monde de la presse qui le conduit vers un média électronique, puis à un quotidien d’information. En juin 2013, il publie son premier recueil de poésie, puis en 2016, il publie son premier roman Le retour au bercail.


K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER