A la une / Culture

#LibertéVENDREDI

Rendre au Cheikh ce qui est au Cheikh!

Une imprimerie des années 1920© D.R.

Le 4 novembre dernier, lors du Salon International du livre d'Alger (Sila), un hommage avait été rendu par le Syndicat national des  éditeurs du livre (SNEL) et  sous les auspices  du ministère de la Culture, au Cheikh Ibrahim Abou Yakdan (1888-1973). Ce dernier a été présenté comme l'un des pionniers du journalisme et de l'édition, et cela en présence de plusieurs personnalités , dont le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, le président du Haut-Conseil islamique, Bouabdellah Ghlamallah, le  conseiller du président de la République, Boughazi Mohamed,  le  président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL), Ahmed Madi, et d'anciens ministres, tel que Yazid  Zerhouni ou encore Abdelatif Benachenhou.

Lors de cet hommage, il était indiqué sur la banderole de l' "événement" que l'imprimerie de Abou Yakdan remontait à 1931 (voir photo en dessous)

La gazette du Sila le confirme également dans son numéro 9 de cette édition 2017 (lire en dessous):

"Le ministre de la culture, Azzzedine Mihoubi, a indiqué lors de son intervention à propos du Cheikh Ibrahim Abou Yakdane, qu’il fut un des pionniers de la presse en Algérie, puisqu’il a été le premier à avoir fondé une imprimerie nationale moderne en 1931"

Nanmoins cette information est contredite par d'autres "faits". Une autre imprimerie existait déjà, 7 ans auparavant. Elle appartenait au Cheikh Ahmed al-Alawi (1874 - 1934) . 

L'imprimerie alawiya de 1924 conservée à Mostaganem (droite de la photo/©page facebook de Djanatu-Al-Arif)

Le fondateur de la confrérie Alawiya, dont l'arrière petit fils (Cheikh Bentounes) en est actuellement le guide spirituel, avait acquis son imprimerie le 22 novembre 1924. Il l'avait ramené de la Libye. 

Salim KOUDIL

@SalimKoudil