Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

LE FILM A ETE SELECTIONNE POUR PRENDRE PART AU 38e FESTIVAL DU COURT METRAGE DE CLERMONT-FERRAND

Self East en compétition internationale

Self East est le titre du film, d’une durée de six minutes et trente-deux secondes,  qui prendra part à la compétition internationale du Festival du court métrage  de Clermont-Ferrand, prévu du 5 au 13 février 2016.

Trois jeunes cinéphiles mais aussi vidéastes de la ville de Batna, Azeddine Abdesselam, Oussama Bounouara et Salah Eddine, ont remué ciel et terre pour pouvoir prendre part à la 38e édition du Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand (France), prévu du 5 au 13 février 2016. 
Et leurs efforts ont été récompensés puisqu’ils prendront part à cette grande et importante manifestation cinématographique dédiée au format court, dans le cadre de la compétition internationale. En effet, nos trois jeunes artistes ne comptent pas faire “de la figuration ou du tourisme” (nous disent-ils). 
Ils estiment qu’ils ont fait un bon travail, qui leur a pris beaucoup de temps, d’efforts et d’imagination, dans l’espoir d’être à la hauteur de ce rendez-vous international et représenter ainsi dignement l’Algérie, sachant que pas moins de 300 participants de différentes nationalités prendront part à cette manifestation incontournable pour les réalisateurs de courts métrages dans le monde entier. Self East est le titre du film d’une durée de six minutes et trente-deux secondes. Retraçant une “réalité contemporaine”, le court métrage au titre inspiré dégage beaucoup d’émotion et de fragilité et s’intéresse à un personnage à l’avenir incertain. 
Le pire peut arriver et nul n’est à l’abri. Plus qu’actuel, le court métrage s’inscrit dans l’immédiat, puisqu’il relate une histoire qui peut arriver à n’importe qui par les temps qui courent. Le réalisateur du film, Azeddine Abdesselam, explique que “nous évoquons un sujet sensible, à savoir le recrutement des djihadistes, et nous essayons de montrer comment des jeunes, paisibles et sans histoire, peuvent tomber dans le piège. 
Ce qui est mis en exergue par ce nouveau mode de recrutement c’est la somme d’argent offerte à notre personnage, qui n’est pas pourtant porté sur des idées extrémistes ou obscurantistes. Il se laisse séduire, croyant qu’il va pouvoir empocher le magot et fuir, or il était surveillé et par des personnes qu’il ne soupçonnait pas…”. Par ailleurs, Oussama et Salah Eddine sont deux anciens élèves de l’École des beaux-arts, qui se sont spécialisés en communication visuelle. 
Pour sa part, Azeddine Abdesselam est un jeune entrepreneur, propriétaire d’une école de formation. Tous trois, ils ont conjugué leurs efforts et mis beaucoup de moyens pour réussir cette entreprise, certes modeste mais ô combien audacieuse, quand on sait que sous d’autres cieux de grands budgets sont alloués à ce genre d’activité afin d’encourager les jeunes talents. 
En tout cas, le format court connaît un engouement certain et un franc succès à travers le monde. Soulignons enfin que lors de la 38e édition du Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand, c’est la Suède qui sera à l’honneur. 
Et pour cause, ce pays possède un nombre impressionnant de jeunes cinéastes qui s’illustrent dans le court métrage. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER