Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Hommage au maestro Rachid Saouli à l’Institut National Supérieur de Musique

Ses élèves et compagnons de route témoignent

Le maestro Rachid Saouli. ©D. R.

La disparition subite du chef d’orchestre Rachid Saouli a plongé la scène artistique algérienne en général, et musicale en particulier, dans l’émoi. Celui qui dirigea pendant plusieurs années l’Orchestre symphonique national (OSN) a en effet laissé le monde de la culture orphelin, après son décès suite à un arrêt cardiaque, le 16 septembre, à l’âge de 65 ans. Pour commémorer le troisième jour de son décès, sa famille, ses collègues et ses amis lui ont rendu un hommage, lundi dans la soirée, à l’Institut supérieur de musique d’Alger, où il fut un professeur “aimé et respecté”. Dans une salle bondée où l’émotion était à son comble, ceux qui l’ont côtoyé ont partagé leurs souvenirs, des anecdotes, et ont rappelé les qualités de cet homme “généreux, humain et perfectionniste”. Le directeur de l’Opéra d’Alger, Noureddine Saoudi, a insisté dans son intervention sur le devoir “de transcrire et de rassembler tout le travail qu’il a fait”. Et de poursuivre : “Il est clair que son travail m’intéresse au plus haut point. Je souhaiterais à cet effet qu’on lui rende hommage avec l’Orchestre symphonique de l’opéra en reprenant ses œuvres.” Le directeur de l’Opéra a aussi émis le souhait de mettre le travail de composition et d’arrangement de Saouli à la disposition des étudiants de l’institut, estimant que son legs est “hautement intéressant, ciseleur, et pouvant servir à la musique universelle, algérienne et andalouse”. S’adressant à la fin de son hommage au directeur de l’INSM, Abdelkader Bouazara, il a exhorté ce dernier à baptiser une salle de l’établissement du nom de Rachid Saouli. Peu connu du public, le participant à l’émission de télé-crochet “Arab idol” Ajrad Youghourta a dévoilé le lien qui l’unissait au compositeur, dans un hommage plein d’humilité et d’émotion. “Rachid Saouli fut la raison de mon admission à l’institut”, a-t-il d’emblée lâché. Et de renchérir : “Chacun de nous rencontre la personne qui changera le cours de son existence. Pour moi, ce fut Rachid. C’est lui qui m’avait permis d’étudier à l’Institut malgré mon jeune âge. Depuis ce jour, on a tissé des liens. Il veillait toujours à mon bien-être, et je lui en serai à jamais reconnaissant.” Le directeur de l’INSM a rappelé pour sa part le riche parcours de son ancien collègue : “Tu nous as quittés, mais ton esprit illuminera à jamais l’institut”, a-t-il dit. “On se souviendra tous de toi : tes élèves, tes collègues et tous les mélomanes. T’étais dévoué à la formation et t’étais un pionnier de la musique en Algérie.” L’acteur Hassan Kachach nous dévoilera, en marge de l’hommage, avoir “côtoyé le maestro en tant que membre du conseil artistique de l’Institut”. “J’ai approché l’homme surtout, il était une personne très simple et modeste, à la limite timide”, a-t-il témoigné. Et de poursuivre : “Il y a des gens comme ça, qui apportent une énergie positive au monde.” “Une grande âme vient de nous quitter. Je dirais aussi qu’il faut dédier quelque chose à la mémoire de ce grand homme”, a-t-il conclu.

Yasmine Azzouz


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER