Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Clôture du 4e salon international de la créativité

Sur un goût d’inachevé

Le concert a attiré beaucoup de monde. ©D. R.

Clôturée dans l’après-midi de samedi, cette 4e édition qui s’est tenue du 18 au 21 avril a été ponctuée de diverses activités et de quelques expositions qui n’avaient rien de créatif ou d’artistique

Le 4e Salon international de la créativité a été clôturé dans l’après-midi de samedi, au palais de la culture Moufdi-Zakaria d’Alger. Cette édition qui s’est tenue du 18 au 21 avril a vu la participation de plusieurs intervenants du continent. D’ailleurs, le Mali était le pays invité d’honneur. Ponctuée de diverses activités, notamment des conférences sur la littérature, le cinéma, les arts plastiques et les jeunes créateurs.
Le public a pu assister également à des projections de docs et de fictions. Mais la plus grande attraction de ce salon était les concerts organisés tous les soirs. Les jeunes étaient fort nombreux pour voir des artistes de la scène algérienne, à l’instar de Meziane Amiche, Hayet Zerrouk, Freeklane, ou alors Raïna Raï et Samira Brahmia.
Outre ces évènements organisés tout au long de cette manifestation, le salon a vu la participation de différents exposants. En effet, plusieurs stands dédiés à la “création” ont été installés au niveau des salles du palais. Mais à la surprise générale, ces expositions proposées aux visiteurs n’avaient rien de créatif ou d’artistique. En déambulant entre ces stands, nous avons constaté que la plupart des participants proposaient des brochures sur les activités de leurs institutions comme la Gendarmerie, les Douanes et une entreprise de produits d’électronique et électroménager qui dominait la grande salle. Aussi étaient présents à cette édition, des représentants de festivals à l’exemple du Fiofa (Festival international d’Oran du film arabe) et du Fibda (Festival international de la bande dessinée), dont les comptoirs étaient remplis de flyers, de catalogues…). Néanmoins, le pavillon consacré aux arts plastiques et à la littérature a sauvé la mise. Et la grande découverte fut incontestablement l’exposition des éléments de la Sûreté nationale. Rencontrés sur place, ces policiers ont présenté leurs œuvres qui, d’ailleurs étaient superbes, entre portraits, reproductions de Dinet et peinture réalisée avec du sable. L’un des artistes nous a confié que la plupart de ses collègues sont autodidactes et qu’ils nourrissent une grande passion pour la peinture. “Cette exposition nous a permis de montrer notre travail, d’être en contact avec les amateurs d’art mais aussi de dévoiler une autre facette de la Sûreté nationale”, a-t-il confié. L’autre nouveauté qui a charmé les présents fut l’installation d’une scène ouverte à la cafétéria du Palais. Organisée par “Le cabaret sauvage” de Paris, cette initiative a permis à plusieurs artistes amateurs ou confirmés de se produire et d’avoir “leur moment de gloire”.  

L’Algérie, un carrefour culturel en Afrique
Pour la clôture de cette 4e édition, Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture, a indiqué lors d’un point de presse que “ce salon est une réussite car il a permis de renforcer les relations avec les autres pays d’Afrique, et les relations Sud-Sud. Les actions entreprises en marge de ce salon en sont la preuve, à l’exemple de la réunion des membres du jury du prix ‘Myriam-Makeba’, et la création de l’Alliance panafricaine des cinéastes et réalisateurs». Et de conclure : “Grâce aux accomplissements dans les différents domaines, l’Algérie devient un carrefour culturel en Afrique”.
Pour sa part, Sami Bencheikh El-Hocine, DG de l’Onda (organisatrice de cet évènement), a informé qu’“il y a eu aussi des accords avec la société sud-africaine Capaso, pour la prise en charge de l’exploitation des œuvres sur le digital, et ce, sur les plateformes internationales. L’Onda lui a confié la collecte des redevances pour le répertoire algérien”. Tout en poursuivant : “La réunion du comité exécutif africain de la Cisac, dont l’Algérie est membre, a eu lieu pour préparer l’assemblée générale africaine qui se déroulera en juillet aux Seychelles du 18 au 22 juillet”.

Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER