Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

la lecture en Algérie

Un constat alarmant

Les vacances prennent fin, et la rentrée scolaire s’approche à grands pas. Et outre le programme, les problèmes de transport, de cantine, d’hygiène, de poids de cartable, de chauffage, de niveau des professeurs, de leur formation et autres points importants à régler, il est aussi important, voire crucial de revoir la place qu’occupe la lecture et le livre dans l’espace éducatif d’une manière générae, entre crèches, écoles et maisons de jeunes, entre autres établissements concernés.
Éveiller le goût de lire et susciter l’intérêt des enfants pour la lecture dès le plus jeune âge sont des actions nécessaires pour leur épanouissement. Le rapport “Arab Reading Index” a indiqué que les Algériens n’accordaient que 36 heures par an de leur temps à la lecture, c’est dire leur manque d’intérêt pour une activité cérébrale qui n’a pourtant que des bienfaits. Un loisir qui a pourtant beaucoup d’avantages. Un passe-temps qui est pourtant bénéfique à tous points de vue. On nous apprend aussi que face à “un enfant américain qui lit environ 6 minutes par jour, l’enfant arabe consacre 7 petites minutes… par an à la lecture”, ce sont encore des statistiques qui nous viennent d’ailleurs et qui donnent des chiffres alarmants. On peut y croire ou pas. On serait tenté de dire que c’est exagéré, inventé… Mais combien sont-ils chez nous ces parents qui achètent un livre à leurs enfants ? Ces enseignants qui proposent des lectures à leurs élèves ? Ces éducatrices ou nourrices qui abreuvent leurs protégés de contes ou de
comptines ? Ces directeurs d’écoles privées qui investissent dans une bibliothèque bien achalandée ? Très peu, selon d’autres études sur le terrain ; pas beaucoup au vu du manque d’engouement de nos chérubins qui préfèrent s’adonner à des pratiques violentes dans les rues, à des jeux vidéo sans intérêt éducatif ou à des comportements dangereux dont on voit les conséquences au quotidien. Tout ceci par manque d’encadrement professionnel et par négligence envers une activité dont les avantages sont plus que prouvés. Et qu’on n’aille surtout pas prétexter la cherté du livre, car cette excuse est de mauvais goût ; plus mauvais goût encore que ce sandwich qu’on achète ou que ces sucreries qu’on ingurgite à longueur de journée. À chaque rentrée sociale et scolaire, on se fait le devoir de remettre cette question sur le tapis, au risque de paraître rébarbatif. Mais il y a urgence. Certes, on construit des bibliothèques qu’on dote de livres, mais sans se soucier de former le personnel qualifié qui aura à gérer ce trésor et faire le nécessaire auprès des enfants – lorsqu’on n’oubliera pas de les convier à cet espace fait pour eux. On donne un budget aux écoles pour acheter des livres, mais on oublie de vérifier leur contenu, de s’inquiéter de leur devenir. Mais ceci est un autre débat. La question ici est de promouvoir enfin le livre dans les crèches, d’organiser des séances de lecture dans les écoles, de former un personnel qualifié et des bibliothécaires dans les médiathèques, les bibliothèques, les maisons de jeunes, les centres de loisirs… L’enfant algérien doit apprendre à lire pour grandir ; lire pour partager ; pour s’exprimer par ses mots ;  pour s’émouvoir ; lire pour s’ouvrir à l’autre ; lire pour s’imaginer, penser,… C’est ça la lecture !


Samira Bendris-Oulebsir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER