Scroll To Top
FLASH
  • La demande de remise en liberté provisoire de Louisa Hanoune rejetée par le tribunal militaire de Blida.

Culture / Culture

16e colloque international Abdelhamid-Benhadouga à Bordj Bou-Arréridj

Un état des lieux sur l’écriture du roman algérien

Cette édition qui se tient jusqu’à aujourd’hui a vu la participation de plusieurs hommes de lettres de Tunisie, du Maroc, du Liban, d’Irak, d’Oman, d’Espagne et d’Italie ainsi que des chercheurs de 14 universités du pays.

Le colloque international Abdelhamid Benhadouga, qui revient après une rupture de deux ans, a regroupé depuis le 19 février une trentaine de participants nationaux et internationaux à l’amphithéâtre de l’université Bachir-Ibrahimi de Bordj Bou-Arréridj. Les communications programmées durant ces journées qui se tiennent jusqu’à aujourd’hui ont été toutes suivies de débats qui n’ont guère manqué d’un grand apport littéraire et culturel. Outre les conférences, les soirées ont été ponctuées de lectures de textes, de pièces théâtrales et de concerts de musique. Parmi les thématiques abordées, on retrouve “La problématique de l’apparence du style colonial dans le roman”, lors de cette rencontre. Dr Salah Alouani de Tunisie a proposé dans sa communication de sortir du postcolonial. L’intervenant a établi un état des lieux, un historique des différents concepts critiques allant de la littérature coloniale aux écrits réactifs à la colonisation pour aboutir à la création littéraire après l’indépendance. D’autres participants ont développé ce thème en suggérant dans leurs communications qu’il faudrait sortir de ce concept. L’une des conférencières a soulevé par ailleurs le problème des écrivains qui ne supportent pas les critiques. “Si vous ne supportez pas la critique, ce n’est pas la peine de faire lire votre roman. Faites imprimer votre livre en un exemplaire avec une belle illustration et votre nom dessus, rangez-le sur votre étagère et passez à autre chose”, dira-t-elle. “Dès l’instant où vous décidez de vous faire publier, vous devez créer une armure ‘publier’, être exposé sur la place publique est parfois douloureux”, ajoute-t-elle. À ce propos, elle explique qu’une critique bien argumentée peut aider à avancer. “Avant de soumettre vos textes à un éditeur ou de vous auto-publier, faites-vous bêta-lire. Écoutez/lisez les commentaires. Si plusieurs critiques abondent en un sens, prenez-les en compte, retravaillez vos faiblesses. Faites une pause. On n’a jamais les idées claires entre le moment d’écrire et le moment de corriger, entre la relecture et l’envoi, entre le refus et la déprime. Si vous accumulez les refus, faites une autre pause – un arrêt, plutôt – et passez à autre chose”, a-t-elle indiqué. Pour rappel, le colloque, mis sous la présidence de l'écrivain et universitaire Saïd Boutadjine, a été marqué par la présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, et de plusieurs hommes de lettres de Tunisie, du Maroc, du Liban, d’Irak, d’Oman, d’Espagne et d’Italie ainsi que de chercheurs de 14 universités du pays. Pour M. Boutadjine, cette manifestation a pour objectif de mettre en valeur la production littéraire algérienne et surtout de lui permettre d’évoluer. “Le colloque permettra aux participants de faire un état des lieux sur l’écriture du roman algérien et de l’interroger à la lumière des bouleversements de l’histoire du monde, tout en abordant les sujets d'ordre technique et esthétique”, a-t-il souligné. Pour sa part, Abdelkrim Benyaïche, directeur de l’université Bachir-Ibrahimi, a précisé que “ce colloque qui porte le nom de Abdelhamid Benhadouga vise le développement de la littérature algérienne, la consécration de ses maîtres et la découverte de nouveaux talents. Autant d’objectifs qui attirent des hommes de lettres de l’Algérie et de l’étranger déjà séduits par l’œuvre du défunt”.


Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER