Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Culture

“La guerre d’Algérie en France (1955-1962) ou les Combattants du FLN en exil” de Ali Boukerma

Un legs pour les générations futures

©D. R.

L’auteur de ce livre nous remémore des pans entiers de cette mission inlassable effectuée par des hommes et des femmes qui ont eu l’audace et le courage de transporter la guerre et de la mener, au pas de charge, dans l’antre de l’ennemi.

L’auteur Ali Boukerma qui, pour son premier essai, nous livre un coup de maître, comme disait Pierre Corneille dans sa remarquable pièce du Cid (acte II, scène 2), est à mettre au tableau d’honneur, parce que son écrit ne passe pas pour être tout à fait anodin, plutôt un non-événement qui laisse les gens indifférents. Au contraire, cette première tentative, toute modeste, et il l’a voulue ainsi à travers une production sobre sur le plan de la présentation, mais consistante sur le plan du contenu, est la meilleure, comme dirait l’autre, du fait qu’elle rapporte les enseignements tirés d’événements réels vécus au quotidien par les hommes – entendre par là les responsables et militants – et les structures de la Fédération FLN de France.
Ali Boukerma, l’auteur de ce livre, en même temps que responsable politico-militaire, auteur de nombreuses actions déterminantes pendant la lutte de libération nationale, nous remémore des pans entiers de cette mission inlassable effectuée par des hommes et des femmes qui ont eu l’audace et le courage de transporter la guerre et de la mener, au pas de charge, dans l’antre de l’ennemi. Il témoigne en son âme et conscience, en se tenant légitimement au plus près de la vérité. En effet, légitimement, parce qu’il est bien placé pour raconter cette glorieuse épopée de la guerre de libération nationale.
Bien placé, et l’expression n’est pas de trop, puisque, comme le souligne Kamel Bouchama, dans sa préface, “Ali Boukerma l’a vécue physiquement, réellement, en homme de terrain. Il l’a vécue dans sa chair, avec toutes ses conséquences... Il l’a vécue avec l’angoisse, la peur, l’obsession, la faim, le froid, la maladie, le dénuement, les affreuses tortures, mais aussi avec l’espoir et la détermination extraordinaire qui l’ont fait vivre pour pouvoir, au moins, assister à l’indépendance et, pourquoi pas, ne pas témoigner, comme il le fait aujourd’hui, en alignant des faits réels pour cerner la vérité de cette courageuse participation des militants du FLN en France, pendant notre révolution.”
Ainsi, ce militant actif, disons ce moudjahid de la première heure, ne voulait pas terminer sa vie de résistant et de citoyen honnête “sans laisser quelque chose pour la postérité, en d’autres termes, sans dire ce que fut la participation courageuse, et non moins déterminante et décisive, et ce que furent les inquiétudes et les souffrances de nos frères en France, pendant notre lutte de libération nationale”.
Alors il a écrit La guerre d’Algérie en France (1955-1962) ou les combattants du FLN en exil. Oui, il a pris cette décision d’écrire pour transmettre la magnifique et glorieuse épopée de la révolution de Novembre aux jeunes qui doivent connaître leur passé et les hommes qui l’ont fait. Et là, il faut ajouter à notre estime à l’auteur, une forte dose de respect pour son courage et sa confiance en soi, du fait qu’il s’est impliqué dans l’écriture, acte délibérément responsable que peu d’anciens combattants du FLN et de l’ALN ont accompli.
A-t-il fait sienne l’importante réponse d’un vétéran de la lutte de libération nationale qui répliquait à cette question d’un journaliste, pourquoi écrivez-vous : “L’on écrit que lorsqu’on a quelque chose à dire” ? Partagée en quatre chapitres, cette nouvelle parution dans le ciel de l’Histoire de notre pays ne manque pas de mouvement.
Elle est (la parution) expressive de par le vécu des moudjahiddine, dans leur combat inlassable, contre l’ordre établi par les colonisateurs. Elle est d’autant plus vivante et ardente quand elle raconte ces jeunes qui bravaient le danger, en défiant leurs forces dotées d’équipements et d’armes sophistiquées, sur leur sol, en leur propre pays. N’est-ce pas que de très nombreuses questions qui hantaient les impénitents colonialistes, depuis longtemps, trouvaient des réponses claires dans cette révolution armée qui avait été transférée dans l’Hexagone ?
C’est un livre qui se lit facilement, qui se dévore, selon l’expression consacrée pour les écrits qui s’apprécient pour leur distinction et leur naturel. Et son auteur est allé directement au but, pour traiter de ce qui est essentiel, en une analyse minutieuse d’une succession d’événements, en soignant la syntaxe, dans des phrases simples, vraies..., et souvent rudes. Ainsi, notre constat est que le moudjahid Ali Boukerma a rédigé son livre dans une telle écriture, qu’on dirait un scénario de film, tant il était obnubilé par la précision, à travers un schéma narratif, avec des personnages réels et des dialogues impressionnants, poignants, qui disent cette réalité amère qu’a imposée notre lutte de libération nationale. Et c’est là où il a raconté son vécu avec la fidélité et l’authenticité qui sont parmi ses vertus cardinales, depuis la guerre d’indépendance jusqu’à aujourd’hui, en passant par les nombreuses responsabilités politiques et étatiques qui l'ont fait cadre supérieur de la nation.
La guerre d’Algérie en France (1955-1962) ou les combattants du FLN en exil de Ali Boukerma, un livre à lire et à faire lire à nos enfants, car il est écrit dans la simplicité, dans la spontanéité du style pour témoigner de cette épopée qui doit être connue des jeunes qui ont tout à apprendre de leur passé, particulièrement de celui de leurs ancêtres, de leurs parents, afin de s’enorgueillir d’un legs qui est une source intarissable qui permettra – si on saura le gérer en vrais patriotes – l’exercice de la souveraineté dans toute sa hauteur, dans toute sa grandeur, dans toute son humanité.

Par : Dr Mohamed mokrani
Spécialiste en ophtalmologie Alger
La guerre d’Algérie en France (1955-1962) ou les combattants du FLN en exil, de Ali Boukerma, éd. Juba, 160 pages, 1er semestre 2018


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER