Scroll To Top

Culture / Culture

Festival franco-arabe de Noisy-Le-Sec (France)

Une dizaine de films algériens retenus

© D. R.

Des cinéastes algériens et franco-algériens prennent part au 9e Festival du film franco-arabe (Fffa) de Noisy-le-Sec (France), prévu du 6 au 17 novembre prochain, annoncent les organisateurs sur le site Internet du festival.

Les longs métrages Paysages d’automne de Merzak Allouache, Parkour(s) de Fatma-Zohra Zamoum, Abou Leïla d’Amine Sidi-Boumediène, Rouge de Farid Bentoumi, Ibrahim de Samir Guesmi, 143, rue du Désert de Hassen Ferhani, Leur Algérie de Lina Soualem, Sœurs de Yamina Benguigui et ADN de Maïwenn Le Besco seront présents à ce festival parmi 16 fictions, dont 6 inédits, et 11 documentaires.

Traitant de thématiques existentielles vues essentiellement sous le prisme des rapports des jeunes à leurs parents et à leur pays, les films représentant l’Algérie, distingués à différentes rencontres du 7e art, restituent l’inquiétude d’une jeunesse en quête de soi dans une société qui ne leur a pas encore tout dit.

Ainsi, Paysages d’automne de Merzak Allouache propose de vivre un thriller politique et social sur l’Algérie, Parkour(s) de Fatma-Zohra Zamoum met à nu dans un élan humoristique les travers de la société algérienne, et Abou Leïla d’Amine Sidi-Boumediène raconte la conquête de Lotfi et d’un de ses amis d’enfance, qui traversent le désert à la recherche d’Abou Leïla, un dangereux terroriste.

Rouge de Farid Bentoumi et Ibrahim de Samir Guesmi traitent des rapports difficiles entre parents et enfants, alors que Sœurs de Yamina Benguigui pose des questions sur le rapport aux pays d’origine et d’accueil et ADN de Maïwenn Le Besco raconte la complicité d’un grand-père algérien avec sa petite-fille. 

Dans la section documentaire, 143, rue du Désert de Hassen Ferhani propose un road-movie immobile chez Malika en plein milieu du désert, alors que Leur Algérie de Lina Soualem invite à une virée dans son pays d’origine à travers le regard nostalgique de ses grands-parents

. Parmi les films également présents à ce festival, les trois œuvres tunisiennes L’homme qui a vendu sa peau de Kaouther Ben Hania, Nouara rêve de Hinde Boujemaa et Un fils de Mehdi Barsaoui, ainsi que les films marocains Adam de Maryam Touzani et Le Miracle du saint inconnu de Alaa Eddine Aljem. Tu mérites un amour de Abu Bakr Shawky (Égypte), Good Morning de Bahij Hojeij (Liban) et 9 Jours à Raqqa de Amjad Abu Alala (Soudan) prennent part également à cette manifestation.

Le Festival du film franco-arabe (Fffa) de Noisy-le-Sec est né en 2011 d’une volonté de “créer des ponts entre les cultures” pour favoriser “la compréhension, la découverte et les échanges”, rappellent les organisateurs. 
 

APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER