Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Elle sera réalisée par Hélier Cisterne

Une fiction sur le militant anticolonialiste Fernand Iveton en préparation

Fernand Iveton ©D. R.

Un long métrage de fiction sur le parcours de Fernand Iveton, militant anticolonialiste guillotiné à Alger en 1957, est actuellement en préparation, a-t-on appris mercredi du réalisateur français Hélier Cisterne.
Cette coproduction franco-algérienne est une adaptation du roman De nos frères blessés, de l'écrivain français Joseph Andras, paru en 2016, et qui s'intéresse particulièrement “aux dernières années de la vie de Fernand Iveton, à sa rencontre avec sa femme Hélène, ou encore son procès devant un tribunal militaire” a indiqué à l'APS le réalisateur. Le choix de Hélier Cisterne s'est porté sur l'acteur français Vincent Lacoste et l'actrice luxembourgeoise Vicky Krieps pour incarner à l'écran le couple Iveton.
Le premier tour de manivelle de ce film, coproduit par l'Algérien “Leith Média”, se fera au mois d'octobre prochain. Le tournage est prévu entre Alger et quelques villes françaises, a précisé le réalisateur, actuellement en repérage à Alger.
Né en 1926 au Clos-Salembier (actuellement El- Madania, Alger), Fernand Iveton était ouvrier tourneur à l'usine de gaz d'El-Hamma à Alger. Il a été délégué syndical, affilié à la Confédération générale des travailleurs (CGT), avant d'adhérer à l'Union générale des syndicats algériens (UGSA).
Militant du Parti communiste algérien (PCA), il intègre la lutte armée après les accords politiques entre ce dernier et le Front de libération nationale (FLN) en en 1956.
À ce titre, il est chargé de saboter l'usine à gaz où il dépose, le 14 novembre 1956, une bombe, fabriquée par Taleb Abderrahmane, mais qui n'explosera pas.
Arrêté le jour même, il sera atrocement torturé pendant plusieurs jours dans les locaux du commissariat central d'Alger.
Fernand Iveton est jugé par un tribunal militaire qui prononcera sa condamnation à mort dix jours après son arrestation, le 24 novembre 1956.
Après le refus de son recours par le Président français René Coty, il est guillotiné  le 11 février 1957 dans la cour de la prison Barberousse.
Fernand Iveton deviendra le 6e martyr guillotiné depuis le début de l'année 1957 et le seul Algérien d'origine européenne a être exécuté par  guillotine.

APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER