Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Culture

Une légende de jazz en ouverture

La salle Ibn Zeydoun (Oref) a abrité, avant-hier, la soirée d’ouverture de la sixième édition du Festival culturel international de la musique diwane, qui se tiendra jusqu'au 3 octobre prochain. Dans le but de faire revivre le patrimoine national, bâtir l’identité culturelle sur la scène locale et internationale et de promouvoir la diversité culturelle de la musique diwane, cette édition est placée sous le thème de la paix. Tout au long de cette semaine se succéderont des groupes et des musiciens algériens, africains et américains toutes générations confondues. “Nous avons réuni des artistes de renommée mondiale, qui ont contribué chacun à sa manière au développement de cet art”, a indiqué dans son allocution Mourad Chouihi, commissaire du festival. Et d’ajouter : “Une fusion des musiques du monde donne une plus grande dimension au diwane qui deviendra une référence pour les générations à travers tous les lieux et les époques.” La première partie de la soirée d’ouverture a été animée par le groupe de gnawa Wlad Bambara (lauréat du premier prix de la 7e édition du Festival national de la musique diwane). Très attendue, la deuxième partie du concert a été marquée par le jazzman américain Archi Shepp (sa première participation en Algérie était en 1969, lors du festival panafricain). Avec son incroyable jeu de saxophone et sa voix chaude et éraillée qui semble raconter le combat et les expériences de ses plus de cinquante ans de carrière, l’artiste a littéralement transporté l’assistance. Il a chanté des morceaux personnels qui lui tenaient à cœur, notamment une chanson qu’il a écrite à son défunt cousin mort à l’âge de 15 ans. Il a signé son retour sur la scène algéroise avec le projet Born Free. C’est un projet original sur la musique afro-américaine qu’entreprend le musicien aux côtés des artistes maliens Mamani Keita et Cheikh Tidiane Seck. Ces derniers étaient présents à ce concert et ils sont montés avec lui sur les planches d’Ibn Zeydoun, en créant une jolie fusion. Toujours dans l’esprit de fusionner les musiques américaines et africaines, Archi Shepp a invité le jeune groupe Wlad Bambara à le rejoindre sur scène. Le festival accueillera ce soir Djéli Moussa Condé et le mythique groupe algérien Raïna Raï.


F Y N