Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Culture

…SOUFFLES…

Une omra pour se laver les os !

Amine Zaoui

Nous vivons dans une société où tout est régenté par la religiosité et par le religieux. Discours. Horaires. Travail. Voyages. Mathématiques. Télévision. Santé. Agriculture. Culture. Amour. Haine. Mariage.
Divorce. Amitié… Et au sein de cette même société submergée par le poids du religieux et de la religiosité tout le monde se plaint aux souks, dans les mosquées, dans les universités, dans les moyens de transport en commun, chez lui à la maison, en criant et à voix haute : “Cette misère noire que nous subissons, et cette malédiction qui nous frappe de plein fouet sont les conséquences, tout simplement, de notre éloignement de la religion !”
En Algérie tout le monde cherche à se laver “les os” sales avec de l’eau sacrée de Zemzem !
Nous sommes le 1er mai, fête internationale pour la classe ouvrière. Mémoire d’une longue histoire de la lutte de la classe ouvrière. En Algérie, c’est une occasion suprême, pour l’Union générale des travailleurs algériens, UGTA, les enfants de Aïssat Idir et de Abdelhak Benhamouda, pour honorer ses syndicalistes, et tant mieux. Et comme à chaque 1er mai, on offre aux honorés communistes ou syndicalistes une omra, un voyage religieux vers l’Arabie Saoudite, la terre sainte, afin de se laver leurs os pollués !
Dans ce pays, on organise un concours de la poésie, en arabe classique ou en darija, et le jour J, le jury choisit le meilleur poème du meilleur poète. Et qu’importe le poème gagnant, classique ou moderne, un poème d’amour ou un poème sur le vin, sur la femme ou en éloge au Prophète (QLSSSL), nationaliste ou existentialiste, les respectés membres du jury offrent au lauréat ou lauréate, en guise de récompense pour le prix littéraire “une omra” vers l’Arabie Saoudite afin de se laver les os de ce Satan de la poésie ! La poésie est la conséquence de tout égarement !
Après un long parcours professionnel, un chemin rude et difficile, trente-deux ans de sueur, un peu plus, qu’importe le secteur parcouru, dans l’éducation nationale, l’armée nationale, la santé, le sport ou le transport… une fois l’employé, l’ouvrier, le travailleur, qu’importe l’appellation, est mis à la retraite, et dans une fête aux odeurs religieuses, ressemblant à une soirée de deuil, et en présence de ses anciens collègues, les nouveaux eux aussi ne ratent pas l’occasion, et de son affectionné patron, face à des bouteilles de limonade bien rangées sur une longue table nue, et des gâteaux secs dans des assiettes en carton, et des mouches, et en guise de récompense majeure on offre au nouveau retraité une “omra”, un vol aller-retour pour la terre sainte, vers l’Arabie Saoudite afin de se laver les os de tout ce qu’il a commis d’hypocrisie dans son parcours de citoyen bosseur !
Dans ce pays, où il y a une cinquantaine d’universités et tant mieux qui annuellement organisent une centaine de colloques internationaux. Et à chaque séance d’ouverture de n’importe quel colloque, un colloque scientifique et universitaire, qu’importe l’université, qu’importe la ville, qu’importe la présence des invités nationaux ou internationaux venus des quatre coins du monde membres des laboratoires universels renommés, des musulmans, des chrétiens, des juifs, des non-croyants ou autres…, qu’importe la problématique, la matière ou la spécialité du colloque, en médecine, en recherche nucléaire, en philosophie, en mathématiques, en littérature comparée…, on débute les travaux scientifiques, d’abord, par la lecture de quelques versets coraniques afin que les participants se lavent les os de toute idée satanique !
Jadis, les prix de la fin d’année scolaire octroyés aux meilleurs élèves étaient des romans, des livres d’histoire, de la poésie en arabe et en français, les Balzac, les Naguib Mahfouz, les Zola, les Mahmoud Darwich, les Khalil Gibran, les Gorki… aujourd’hui ces prix de la fin d’année sont réduits à un seul livre : le Coran.
Quand la religion est mise sur la place publique, exposée sur les étalages politiques, portée dans les paniers des hypocrites, elle devient une simple marchandise, ressemblant à rideau tombé cachant derrière lui des atrocités de toutes couleurs !
Et le pire que dans cette même société submergée par le religieux et la religiosité, tout le monde se plaint aux souks, dans les mosquées, dans les universités, dans les moyens de transport en commun, chez lui à la maison, en criant et à voix haute : “Cette misère noire que nous subissons et cette malédiction qui nous frappe en plein fouet sont les conséquences, tout simplement, de notre éloignement de la religion !”

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
3 réactions
Zizou le 20/05/2018 à 11h39

Une lutte sans fin est engagée entre les civilisations qui croient au progrès et celles qui ne croient qu’en la prétendue “pureté”, en la prétendue “perfection”, en la vérité de l’Origine. Toujours en référence à Mahomet, le seul. Par avance et délibérément, ce retour aux origines est voué à être distancé. Pourquoi s'en plaindre alors ?

Brahms le 20/05/2018 à 14h33

C'est le travail qui fait l'homme. Si le boulanger ne se lève pas à 03 heures du matin pour préparer, pain et croissant afin de satisfaire ses clients qui se présenteront à 07 heures du matin et bien, il n'y aura pas de pain. C'est donc le travail qui régente la société et non la religion qui n'est qu'une manipulation de l'homme pour soutirer de l'argent. Un voyage à la Mecque coûte 7 000 € et alimente les poches des bédouins qui financent avec leurs plaisirs personnels.

Brahms le 20/05/2018 à 14h40

Le comble dans la religion musulmane c'est le pauvre citoyen qui achète un rêve en priant et qui va payer son obole de 7 000 €, par musulman où il va enrichir des bédouins qui ont 03 à 06 femmes et 15 à 20 enfants. Le pauvre musulman va donc épargner, mettre de côté pendant des années pour au final donner ses fonds aux bédouins qui vont pouvoir s'acheter Rolls Royce, Ferrari, villa, donner 389 milliards de dollars à Trump alors que plein de palestiniens vivent avec à peine 1 dollar par jour.

Commentaires
3 réactions