Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

11e Festival de la chanson oranaise

Une pléiade d’artistes pour le baisser de rideau

©D. R.

De nombreux artistes ont pris part, jeudi soir au théâtre Abdelkader-Alloula d’Oran, à la clôture du 11e Festival de la chanson oranaise qui a vu quatre jeunes talents récompensés par le jury présidé par le compositeur Bey Bekkaï. Parmi les figures de la chanson oranaise qui se sont produites devant un public nombreux et acquis, on peut citer Souad Bouali, Hakima Boulenji, Houari Benchenet, Abdelkader Khaldi, Houari Oulhaci ou encore Houari Sabeur qui, accompagnés par l'orchestre dirigé par Kouider Berkane, ont interprété des titres du défunt Ahmed Wahby ou des chansons composées pour rendre hommage à ce pilier de la chanson, décédé en 1993 à l’âge de 72 ans.
Au cours de cette cérémonie de clôture, Bilal El-Arbi a reçu le 1er prix du concours des jeunes talents pour sa brillante interprétation de la chanson Mouhal t'farraqna lahoual du regretté Ahmed Wahby, suivi de Ourabah Yacine et Didi Mohamed Achraf, qui ont été récompensés par les 2e et 3e prix, alors que Djamel Sadek a reçu le prix d'encouragement.
Un hommage a, par ailleurs, été rendu à Cheikh Missoum Bensmir, âgé de 80 ans, pour son apport au genre bédouin et melhoun. Fils de Cheikh El Hachemi Bensmir, celui-là même qui a notamment donné naissance à “Bia dak el mour”, Missoum a commencé sa carrière dans les années 1950 pour imprimer son empreinte sur le genre bédouin malgré un environnement bureaucratique très handicapant. Des chansons comme Baghi Nehjar, Roh Fi Khfya, Jar Hobbek, Jar Alaya El Ham et Ouahran Men Ledjbel Tbène le font connaître du microcosme artistique de l’époque.
Lancée le dimanche 5 août, le 11e festival a permis aux amateurs oranais de suivre pendant quatre jours les représentations artistiques à l’intérieur du théâtre Abdelkader-Alloula mais également à l’extérieur, sur la place du 1er-Novembre, grâce à des retransmissions sur écran.
Une trentaine de chanteurs, connus et moins connus de la chanson oranaise, ont pris part à cette édition que les organisateurs ont qualifiée de réussie.

S. Ould Ali


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER