Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

YENNAYER OU RAS EL-AÂM

Une tradition vivante pour l’abondance et la ribambelle

©D. R.

Yennayer que nous nous apprêtons à célébrer le 12 janvier, à savoir l’an berbère 2967, est incontestablement l’une des coutumes impérissables.

Longuement chevauchée par une succession de dynasties introduisant nombre d’éléments dans son héritage historique dont le charisme est propulsé au-delà même des frontières, l’Algérie, bastion d’une des civilisations mères, jouit d’une influence resplendissante qui repose sur des traditions encore séduisantes et pathétiques qui trouvent leur splendeur à travers toutes les contrées amazighes, l’antique Numidie.
Yennayer que nous nous apprêtons à célébrer le 12 janvier, à savoir l’an berbère 2967,  est incontestablement l’une de ces coutumes impérissables. Appelé aussi Haggus chez les Amazighs du Maroc, Yennayer symbolise le passage vers une nouvelle ère, l’Ansara au solstice d’été est celle qui la ferme. Une tradition qui dessine par le premier jour du calendrier agraire est encore en usage dans nos contrées et à travers le reste de l'Afrique du Nord. Dans le comput de nos générations anciennes, on attribuait cet événement au début de la dernière décade des illustres “lyali”, période la plus froide de l'année qui s'étale du 12 doudjember (décembre) au 21 yennayer (janvier). Cependant, la tradition veut que cette péripétie soit estampillée d'une particularité singulière en implorant les forces divines de fertiliser la terre. Dans la mesure où la circonstance  est placée sous le signe de la bombance, on doit s'efforcer de manger jusqu'à satiété en guise de préfiguration à une meilleure récolte pour tout le reste de l'année. Le repas de prédilection est le couscous garni de viande de volaille et de légumes auxquels sont additionnés, dans certaines régions comme Tlemcen, les Aurès et la Kabylie, des beignets et des crêpes. Manière de se soumettre aux pouvoirs prophylactiques attribués au sacrifice, on est tenu d'égorger soi-même la volaille dont le sang, dit-on, chasse les forces maléfiques (les djinns). Les légumes secs, autre symbole de l'abondance, sont obligatoires pour le bouillon où on évite des épices. Cependant, on s'abstient, ce jour là, de consommer des aliments aigres ou amers qui pourraient être une sinistre prédiction pour l'année, à savoir les incendies des champs, une mauvaise récolte, la sécheresse… Pour la même occasion, les bambins ont droit à une multitude de friandises et sucreries (m'khalett), allégoriques de jouissance, de bonheur et de prospérité. Les enfants qui ne voudraient pas manger sont effarouchés par le fait d'appeler “aâdjouzet yennayar” qui viendrait les éventrer pour les remplir de paille. Certaines autres pratiques consistent à placer un peu de nourriture sur les pierres de l'âtre (kanoun ou medjmer), le moulin domestique (r'ha) et le métier à tisser (azetta ou mensedj) pour que ces accessoires soient perpétuellement arrosés de la bénédiction divine. Synonyme de fertilité et de renouveau, cette journée est aussi consacrée à chauler les murs et les âtres du foyer. De même, les petits enfants reçoivent leur première coupe de leur chevelure pour éloigner d'eux les mauvaises influences (el-aâin ou thitt) d'une part, et pour que les cheveux poussent plus vite et soient forts et énergiques, une façon de leur souhaiter beaucoup de bonheur, de dynamisme et de virilité. Il va sans dire que dans certaines régions, on compare l'enfant à l'arbre, qu'on taille d'ailleurs durant la même période, pour dire de lui qu'il pousse encore plus fort quand on le débarrasse des mauvaises impulsions. En somme, Yennayer demeure une tradition encore vivante et vibrante de nos jours, avec ses rites, ses douceurs et sa symbolique.

R. SALEM



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER