Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

11e EDITION DU FESTIVAL CULTUREL NATIONAL DE LA MUSIQUE ACTUELLE

Vers une subvention “plus conséquente”

Concert dans l’enceinte du théâtre antique intra-muros de Guelma. ©D. R.

À l’ouverture de cette 11e édition du Festival national de la musique actuelle de Guelma, qui revient après un hiatus de trois ans, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi s’est dit prêt à apporter “une subvention ministérielle plus conséquente et davantage de journées de spectacles”.

C'est en présence du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, des autorités civiles et militaires de la wilaya de Guelma et d'un nombreux public, notamment des familles et des jeunes, que s'est ouverte le 12 août dans l'enceinte du splendide théâtre antique intra-muros, la onzième édition du Festival culturel national de la musique actuelle. Dans une ambiance surchauffée, le ministre, visiblement satisfait de l'excellent déroulement de cet évènement culturel illustré par l'accueil magistral du public, satisfait d'évoluer dans un espace sécurisé, a tenu à affirmer sa satisfaction totale : “Je suis ravi de constater que ce festival qui se déroule au sein du théâtre romain est applaudi par les Guelmis. Je suis convaincu que les organisateurs n'ont pas lésiné pour assurer son succès et je suis disposé à les encourager en promettant pour les prochaines éditions une subvention ministérielle plus conséquente et davantage de journées de spectacles !”.
Par ailleurs, il a précisé au cours d'un point de presse animé à la maison de la culture Abdelmadjid-Chaffaï à Guelma que le boycott du festival prôné par des individus sur les réseaux sociaux est ignoré par la population avide de loisirs sains. En ouverture, un spectacle de chorégraphie de danses contemporaines, interprété par une troupe de Guelma, a charmé les spectateurs qui ont également applaudi Cheb Wahid l'Almani (genre staïfi), Chebba Imène de Annaba (style gnaoui) et le groupe El Dey d'Alger.
Lors de la deuxième soirée, Plume Amer d'Héliopolis (Rap), Cheb Mohamed 24, Zoheir Chaoui d' Oum El-Bouaghi et Cheb Zinou de Annaba ont séduit l'assistance  par un répertoire de chansons des Aurès, de Sétif et d'Alger. Hier, l'affiche était attirante : flamenco avec le groupe Nostalgia d'Aïn-Beida (OEB), rap par RTCrew de Annaba, raï moderne par Cheb Aïssam de Guelma, genre staïfi par cheb Zinou de Annaba et sraoui par cheb Khalas de Constantine. À la veille de la clôture de cet évènement culturel national, le commissaire du festival, Karim Baali, a confié en exclusivité à Liberté : “En toute modestie, je dois avouer que nos vœux sont exaucés puisque la population guelmie a adhéré pleinement en assistant massivement chaque soir à nos spectacles qui se déroulent dans un cadre sécurisé et organisé. Nos prévisions sont largement dépassées puisque nous avons enregistré quotidiennement trois milliers d'entrées alors que nous tablions seulement sur deux mille spectateurs. Les familles ont chanté en chœur, dansé et applaudi les artistes et c'est notre satisfaction morale!”. Et d’ajouter : “Nous espérons que les pouvoirs publics exprimeront leurs encouragements en pérennisant ce festival national, chaque été au théâtre antique. Le ministre nous a promis un complément de subvention de l'ordre de 40 % sur les 5 millions de dinars qui nous ont été alloués cette semaine. Au nom de mes collaborateurs, je tiens à exprimer mes remerciements au ministre de la Culture, à la wilaya, à la direction de la culture, à la DJS, aux services de sécurité et particulièrement à la presse qui nous manifeste son soutien précieux !” . De toute évidence, le bouche-à-oreille a admirablement fonctionné puisque des familles entières ont décidé d'assister chaque soir à ce spectacle inédit dans un monument antique où les jeux de lumière, les productions de bonne facture des artistes et l'ambiance conviviale ont prévalu. C'est un véritable camouflet à ceux qui ont mené vainement une campagne de boycott et d'intoxication !

HAMID BAALI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER