Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Actualités

Sa poésie révèle la sensibilité du monde

Yves Broussard s’en est allé


Notre ami Edmond Rostan, de son de plume Yves Broussard, s’est éteint le samedi 1er décembre 2018 à 3h30. Il n’y a pas de cérémonie de prévue. Il avait fait don de son corps à la médecine. Poète méditerranéen d’expression française. Né à Marseille en 1937. De 1960 à 1963, il est membre du comité de rédaction de la revue Action Poétique. En 1970, il participe avec Jean Malrieu à la création de la revue SUD dont il assurera la direction de 1976 à 1997, puis de la revue Autres SUD et de la revue Phœnix. Il était membre du Conseil de rédaction de la Revue des Archers (Marseille) et des revues roumaines Unu et Cronica. Ses poèmes sont traduits en albanais, allemand, anglais (USA, Irlande, Australie), arabe, bulgare, chinois, espagnol, estonien, grec, hébreu, italien, japonais, ouzbek, portugais, roumain, russe, tchèque, ukrainien… Il a voyagé en la “vieille Europe”, mais aussi en Tchécoslovaquie, Roumanie, Afrique du Nord, Chine, Yémen, Israël et, du temps de l’URSS, de la Baltique à la Caspienne via la mer Noire. En 1998, la ville de Marseille lui a consacré une grande exposition rétrospective sous le titre “Habitant la terre, Yves Broussard, poète”. 

Il a publié plus d'une douzaine de livres et collaboré à diverses revues françaises et étrangères. Lauréat des prix Antonin Artaud, Guillaume Apollinaire, Henri Mondor (Académie française), Charles Vildrac (Société des Gens de Lettres) et Lucian Blaga (Roumanie). Il a rejoint ses amis d’aventures poétiques Jean Max Tixier disparu en septembre 2009 et Jacques Lovichi qui s’en est allé en novembre 2018. Jean Max Tixier évoquait son œuvre en ces termes : “Sa poésie est depuis toujours faite de retenue, de lent consentement à la parole, comme si la pose du mot, la métrique du vers, la coupe de la strophe, résultaient d'un long travail intérieur, d'un creusement secret, dont ne serait livrée que la trace essentielle, dans l'économie de la matière et de ses effets.” Jacques Lovichi avait la vision d’une écriture d’unité symbiotique qu’il traduisait en ces mots : “Au confluent d'une admirable exigence et d'une lisibilité parfaites, l'œuvre d'yves Broussard devrait pouvoir réconcilier ces deux éléments d'une même quête, en apparence au moins inconciliable, le créateur et son public.” La poésie d’Yves Broussard révèle la sensibilité du monde, elle invite à s’en saisir par la justesse des mots et leurs profondeurs. Ainsi qu’il l’écrivait : “Dans la nécessité du cri souviens-toi des mots purs.” Ainsi que nous avions coutume de le prononcer au moment de nous quitter, “à tout de suite dans le temps”. 


Téric Boucebci, Poète, écrivain



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER